La maison de Pierre Henry ferme sa porte avant sa destruction

Le 31 octobre 2018, Isabelle Warnier, épouse de Pierre Henry (décédé le 5 juillet 2017) a rendu les clés de la dernière demeure du compositeur située au 32 rue du Toul, à Paris. Fermeture de porte et soupir.

La maison de Pierre Henry ferme sa porte avant sa destruction
Pierre Henry dans son appartement en avril 2002., © Getty / Raphael GAILLARDE

Le 7 février 2018, on apprenait la destruction de la maison du compositeur français Pierre Henry, décédé en juillet 2017. Le « miracle de dernière minute » mentionné n’aura pas lieu : Isabelle Warnier, épouse du compositeur de la mythique Messe pour le temps présent, vient de donner, mercredi 31 octobre, les clés aux promoteurs qui doivent la détruire avant la fin de l’année, malgré les pétitions adressées à la ministre de la Culture et à la maire de Paris Anne Hidalgo. 

« On rend les clés avec un concert », indique à l'AFP Isabelle Warnier. Cinq œuvres, extraites d'un marathon de 26 heures de musique réalisé il y a 50 ans, seront jouées mercredi 31 octobre à la Gaieté Lyrique, à Paris.

Le 11 septembre dernier, un fond de 20 000 euros avait été débloqué pour sauver ses archives. Une grande partie des instruments et œuvres du musicien, l'un des grands inspirateurs de l'électro, restera dans le XIIe arrondissement, dans un local commercial situé passage Hennel loué depuis septembre et qui devrait ouvrir au public.  Y seront notamment exposées les peintures concrètes, assemblages de fragments de vieux appareils d’enregistrement ou de mixage sur des panneaux de bois, ou encore le piano qui chante, un instrument renversé avec des haut-parleurs à la place des cordes. Les 14 000 boîtes de bandes magnétiques seront quant à elles transférées à la Bibliothèque nationale de France (BNF) où elles seront numérisées. Une application numérique permettra de visiter la maison en réalité virtuelle.

Informations et réservations ici pour le concert de Thomas Balasse mercredi 31 octobre à la Gaîté Lyrique avec au programme cinq œuvres de Pierre Henry : Le Voile d’Orphée (1953), Variations pour une porte et un soupir (1963), La noire à soixante (1961), Fragments pour Artaud (1970), Le Voyage (1962).

Avec AFP