Présences 2017 - Exposition Kaija Saariaho

Kaija Saariaho - Présences 2017

Extraits d'émissions

Entretien avec Kaija Saariaho, extrait de l'émission Le Bel aujourd’hui du 21/03/2006

À ÉCOUTER

Le Bel aujourd’hui – Kaija Saariaho - 27/03/2010

Entretien avec Kaija Saariaho, extrait de l'émission Le Temps des musiciens du 11/02/1998

À ÉCOUTER

Le temps des musiciens - Entretien avec Kaija Saariaho

Entretien avec Kaija Saariaho, extrait de l'émission Le Bel aujourd’hui du 24/07/2010

À ÉCOUTER

Le Magazine des festivals - Extrait - Le Magazine des festivals - Les Arcs

Extraits de concerts

À ÉCOUTER

New Gates (adaptation de Gates – extrait du ballet Maa – pour flûte, alto et harpe) – Kaija Saariaho

Kaija Saariaho
New Gates (adaptation de Gates – extrait du ballet Maa – pour flûte, alto et harpe)
Solistes de l'Orchestre National de France : Philippe Pierlot (flûte), Isabelle Perrin (harpe), Sabine Toutain (alto)
Concert enregistré le 24 janvier 2009
Durée 02:35

PAYSAGES
New Gates, trio pour flûte, alto et harpe, n’est autre que la transcription de Gates, deuxième mouvement du ballet Maa, ballet composé en 1991 pour le Ballet national de Finlande qui souhaitait associer une partition de Kaija Saariaho à une chorégraphie de Carolyn Carlson. Cette partition constituait aussi le premier contact de Saariaho avec la scène. Comme le suggère le titre, la musique de New Gates ouvre des barrières, dévoile de nouveaux paysages et continue vers d’autres frontières.

À ÉCOUTER

Papillons (pour violoncelle) – Kaija Saariaho

Kaija Saariaho
Papillons (pour violoncelle)
Extraits de Papillon II et Papillon IV
Anssi Karttunen, violoncelle
Concert enregistré à la Cité de la musique le 18 avril 2013
Durée 02:49

L'ÉPHÉMÈRE
Sept Papillons est un recueil de brèves pièces pour violoncelle seul composées en 2000 pendant les répétitions de L’Amour de loin au Festival de Salzbourg. À la grande forme qui célèbre l’amour dans sa durée, les Papillons jouent une tout autre carte : celle du bref et de l’éphémère.

À ÉCOUTER

Graal Theatre pour violon et orchestre – Kaija Saariaho

Kaija Saariaho
Graal Theatre pour violon et orchestre
Orchestre National de France
Paul Daniel, Direction
Gidon Kremer, violon
Concert enregistré à Radio France le 18 février 1996 (Festival Présences)
Durée 02:59

UN CONCERTO COMME UN RITUEL
Le titre Graal Théâtre a été emprunté au livre éponyme de Jacques Roubaud. « Alors que je travaillais sur le concerto pour violon que j’ai intitulé ainsi, explique Kaija Saariaho, le livre m’inspira indirectement, et ce de deux manières. D’une part, le titre du livre exprime la tension que je ressens entre les efforts du compositeur écrivant sa musique et l’aspect théâtral de l’exécution, notamment dans le cas d’un concerto où le soliste joue un rôle majeur, tant physique que musicale.
D’autre part, les légendes du passé telles que les interprète Roubaud, m’encouragèrent à entreprendre quelque chose qui m’avait longtemps paru impossible : introduire l’idée du concerto pour violon, ce genre éprouvé qui a inspiré tant de chefs-d’œuvre, dans le cadre de mon langage musical. Graal Théâtre est une exception dans mon catalogue. L’œuvre interrompt une longue série de pièces pour lesquelles je m’étais attachée à combiner des instruments acoustiques à différentes formes d’extensions électroniques. À la différence de ces œuvres antérieures, mon point de départ repose ici dans l’interaction entre l’orchestre et la délicatesse des sonorités du violon. »

À ÉCOUTER

Ballade et prélude pour piano - Kaija Saariaho

Kaija Saariaho
Ballade et prélude pour piano
Tuija Hakkila, piano
Concert enregistré au Festival des Arcs le 21 juillet 2010
Durée 02:35

COMPOSER POUR LE PIANO
Kaija Saariaho a longtemps considéré que le piano était un instrument qui convenait mal à sa propre musique. En effet, elle s’exprime souvent par des changements de timbres et des notes soutenues, travaillées de l’intérieur ; or ceux-ci sont impossibles à obtenir avec un piano. Lorsqu’elle a décidé d’écrire pour cet instrument, il lui a donc fallu trouver d’autres stratégies lui permettant de retrouver, notamment par des alliages harmoniques et des textures superposées, les phénomènes de timbre, de stabilité et d’instabilité qui l’intéressent. Ballade est une pièce de piano solo écrite en 2005 pour Emmanuel Ax, qui en a spécifiquement choisi le titre.