Disparition de la claveciniste Elisabeth Chojnacka

La claveciniste polonaise Elisabeth Chojnacka est décédée à l’âge de 77 ans. Elle était reconnue comme l’une des plus grandes interprètes de clavecin moderne et aura créé plus d’une centaine d’oeuvres contemporaines.

Disparition de la claveciniste Elisabeth Chojnacka
Elisabeth Chojnacka en 1982, © Radio France / Roger Picard

La claveciniste Elisabeth Chojnacka s’est éteinte à Paris, le dimanche 28 mai 2017. Grand Prix Sacem pour l’interprétation de la Musique Française d’Aujourd’hui en 1983, et Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros pour son enregistrement des œuvres de Maurice Ohana en 2003, elle était l’une des personnalités les plus influentes de la création musicale contemporaine.

Elisabeth Chojnacka est née le 10 septembre 1939 à Varsovie, où elle se forme à l’Académie de musique Frédéric Chopin (Ecole supérieure de musique de Varsovie) avant de rejoindre Paris, dans les années 1960, pour y étudier au côté de la claveciniste belge Aimée van de Wiele.

Interprète virtuose

Après un Premier prix au Concours international de Vercelli en Italie en 1968, un premier récital de clavecin à Paris en 1970 et l’enregistrement de son disque Clavecin 2000, Elisabeth Chojnacka acquiert une réputation internationale.

La critique salue unanimement la virtuosité de son jeu, la passion et l’énergie de ses interprétations, et la claveciniste est régulièrement invitée par des festivals de musique et orchestres du monde entier : des Etats-Unis au Japon, en passant par la France, son pays de résidence.

Une source d’inspiration pour la création contemporaine

Alors que les compositeurs des périodes classiques et romantiques avaient laissé de côté le clavecin, privilégiant le piano, les clavecinistes de la période contemporaine ont permis la redécouverte et le renouveau de cet instrument ancien.

La virtuosité et l’énergie d’interprètes comme Elisabeth Chojnacka ont ainsi permis de faire redécouvrir aux compositeurs du XXe siècle les qualités et capacités du clavecin, leur inspirant de nombreuses œuvres.

Elisabeth Chojnacka a été la première interprète d’une centaine de pièces composées par plus d’une soixante compositeurs, dont quelques uns des plus grands noms de la musique contemporaine : György Ligeti, Maurice Ohana,Franco Donatoni, Maki Ishii, Iannis Xenakis

Le compositeur Iannis Xénakis lui a notamment dédié cinq œuvres, dont deux pour clavecin seul qui sont particulièrement réputées pour leur difficulté d’exécution : Khoaï (1976) et Naama (1984).

Éclectisme et modernité

Si la claveciniste est parvenue à bousculer les codes de son instrument, c’est aussi parce qu’elle a eu l’audace de créer des associations insolites, comme le duo formé en 1975 avec l’organiste Xavier Darasse, et celui créé avec le percussionniste Sylvio Gualda, en 1981.

Elisabeth Chojnacka s’intéressait à tous les répertoires et instruments - on trouve ainsi dans son dernier disque, Energy (2000), un duo avec un shô japonais ou encore avec une guitare flamenca - sans pour autant délaisser le répertoire premier du clavecin : la musique ancienne.

Réécoutez les deux entretiens consacrés à Elisabeth Chojnacka dans l'émission Mémoire retrouvée, par Anne Montaron :

Écoutez

Mémoire retrouvée : Elisabeth Chojnacka 1 - 14/08/2003

Écoutez

Mémoire retrouvée : Elisabeth Chojnacka 2 - 27/06/2003