Disparition d'Alain Kremski, pianiste et compositeur

Musicien explorateur et contemporain, Alain Kremski est décédé vendredi 28 décembre, à l'âge de 78 ans. Il était notamment spécialiste des répertoires et instruments traditionnels d'Asie.

Disparition d'Alain Kremski, pianiste et compositeur
Alain Kremski en novembre 2013, à l'Olympia de Paris. , © Getty / Stephane Cardinale - Corbis

Le compositeur, pianiste et percussionniste Alain Kremski est mort à Paris, le vendredi 28 décembre 2018, des suites d'un accident vasculaire cérébral. La nouvelle a été annoncée le dimanche suivant, par l'Académie des Beaux-Arts. 

Né le 4 avril 1940 à Paris, Alain Kremski était le premier fils du pianiste Serge Petitgirard. Sa mère, quant à elle, travaillait pour le célèbre label Deutsche Grammophon. Suivant les traces de son père, il intègre le Conservatoire National de Paris où il étudie la composition auprès de Darius Milhaud. 

Auréolé de six premiers prix à la sortie du conservatoire, Grand Prix de Rome en 1962, Alain Kremski va néanmoins choisir une voie moins traditionnelle, celle de l'expérimentation musicale, de la recherche de nouvelles sonorités. Il compose pour piano, orchestre, choeur, mais aussi pour bols bouddhiques, cloches d'Iran, gongs, bols de monastère... Le compositeur se fait ainsi connaître pour son excellente connaissance et maîtrise des répertoires ou instruments traditionnels venus d'Asie (Tibet, Népal, Japon, Chine, Inde...). 

Alain Kremski poursuit en parallèle sa carrière de pianiste et s'applique notamment à interpréter des oeuvres méconnues, celles de Nietzsche ou Clara Schumann par exemple, ou d'autres pièces de compositeurs plus célèbres (Liszt, Dvorak, Grieg...) mais rarement interprétées en récital. 

Invité régulier des festivals en France et à l'international, Alain Kremski a vu sa carrière récompensée par de nombreux prix, parmi lesquels le Grand Prix de la SACEM, en 2013, pour l'ensemble de son oeuvre. Cette oeuvre se voulait être une rencontre, une création contemporaine à partir d'inspirations aussi diverses que les chants grégoriens, le répertoire pour piano ou encore  les musiques rituelles des temples d'Asie.