Voix, texte et musique : Schubert, Winterreise

Retour au sommaire


FICHE TECHNIQUE

Titre : Winterreise, le voyage d'hiver
Compositeur : Franz Schubert
Textes : Wilhelm Müller
Date de composition : 1822-1823
Publication : 1828
Durée : 75mn
Genre : cycle de 24 Lieder
Effectif : piano, voix

...............................................................................................

L'ŒUVRE DANS SON CONTEXTE

Le Lied allemand,Bref historique Au XIXe siècle, le développement du chant moderne entre dans sa dernière phase. Sous l'influence du mouvement romantique, qui fait sa première apparition dans la littérature vers 1780, les compositeurs se tournent vers le chant, y voyant une forme d'une plus grande expressivité littéraire et émotionnelle que la musique instrumentale pure, et d'une intimité impossible à l'opéra. L'un des premiers et des plus célèbres compositeurs de Lieder, est Franz Schubert. Il définira les fondements du chant de concert moderne et écrira certaines des plus belles pièces de ce style. Néanmoins beaucoup d'autres compositeurs romantiques se sont adonnés au genre du lied comme Robert Schumann, Johannes Brahms, Hugo Wolf et Gustav Mahler. En France, la chanson moderne, correspondant au Lied, fut surtout développée par les compositeurs du XIXe siècle, Henri Duparc et Gabriel Fauré. Au XXe siècle, les impressionnistes français, représentés en musique par Claude Debussy et Maurice Ravel, contribuèrent également au développement de la mélodie de concert dans leur style propre.

Ecoutez "La tribune des critiques" du 4 janvier 2009, consacrée au Voyage d'hiver.

Genre et formes du Lied - Définition : Lied Le lied est une musique vocale accompagnée le plus souvent au piano. Le chant est tiré de poèmes romantiques et ce style permet de rapprocher le plus possible la voix des sentiments.

Volkslied et Kunslied

Dans le Lied, les sources littéraires sont divisées en deux grandes catégories: le Volkslied et le Kunslied.
Volkslied : chanson populaire qui a pour base le culte de l'émotion et de la passion, par opposition aux oeuvres rationalistes. Il cherche à mettre en avant l'âme du peuple. Souvent de forme strophique, avec ou sans refrain.
Kunstlied : lied artistique ou lied d'art; chant savant plus complexe et par conséquent, moins accessible. Le rythme, l’harmonie, la forme sont des éléments beaucoup plus façonnés. C’est ce qui lui donne sa caractéristique propre.

Formes principales

• Lied strophique simple : respecte la structure en strophes du poème. La musique pour chaque couplet est identique

• Lied strophique varié : la structure du poème est respectée mais des modificatioins sont induites dans la ligne mélodique ou l'accompagnement

• Lied durchkomponiert : la musique se renouvelle à chaque strophe

• forme Rondo : bâtie sur l'alternance coupelt-refrain (ritournelle pianistique). la musique de chaque couplet est identique mais l'interprétation diffère.

** Les Lieder de Schubert**

Les mélodies de Schubert (plus de six cent en tout), possèdent toutes les caractéristiques du Lied Plus spécifiquement, ses Lieder emploient presque toujours un accompagnement au piano qui contient des dispositifs harmoniques et modulatoires complexes. Ils sont en général composés sur un poème romantique (en l'occurrence, des œuvres d'écrivains comme Johann Wolfgang von Goethe et Walter Scott ) ; et utilisent une grande variété de techniques mélodiques, depuis les mélodies de répétition d'un vers unique, dérivées de la chanson folklorique, jusqu'à des lignes mélodiques irrégulières, particulièrement expressives, reflétant chacune des nuances du texte. Schubert a également établi le «cycle de chansons», une série pouvant comporter jusqu'à trente chansons entrecoupées d'un narratif, mettant souvent l'accent sur les nuances psychologiques des émotions changeantes du protagoniste. Les deux cycles de Lieder de Schubert sont Die schöne Müllerin (la Belle Meunière, 1823) et Winterreise (Voyage d'hiver, 1827), tous deux sur des poèmes de Wilhelm Müller.

Winterreise, le voyage d'hiver

Winterreise est un cycle de 24 Lieder publié en deux cahiers de douze Lieder chacun, en janvier et décembre 1828. Le poète Wilhem Müller écrivit les 24 chants du Voyage d’hiver en trois étapes, et chacune d’elles a été publiée séparément. Le cycle comprend plusieurs épisodes qui rhytment la marche desepérée d'un homme trahi par sa bien-aimée.

L'action• 1er cahier: deuil du chagrin amoureux Quand commence le cycle de Lieder, toute l'action s'est déjà déroulée avant même le 1er Lied. La bien-aimée du narrateur a été conquise par un autre. Aussi va t-il entreprendre un long voyage qui l'amènera au néant, dans le dénuement. Initiée par des adieux murmurés et amers, la marche vers la nudité de la mort se poursuit lorsque le narrateur quitte la maison de sa bien-aimée. Il visite pour la dernière fois les endroits où ils se sont connus et aimés. Fuyant la ville, repoussé de tous, il s'engage alors dans des paysages désolés. • 2ème cahier: descente vers la folie La descente vers la folie et la déréliction va vers son terme. Si la 1ère partie porte le deuil du chagrin amoureux, la seconde n'est que pure errance. Dans cette lente marche vers la glaciation, Schubert ménage des haltes et des repos vite démentis.

...............................................................................................

CLÉS D'ANALYSE

............................................................................................... Grenzwertig © glasseyes view

Caractéristiques générales - Dépouillement de l'accompagnement, ligne du chant humble. Le chanteur est ici autant un témoin que le héros. - Les rythmes souvent lents reviennent comme une scansion douloureuse. Un rythme fondamental parcourt souvent le cycle pour amener - dans cette marche vers le néant - à une progression impitoyable. - La plupart des tonalités des morceaux sont en mode mineur à part les éclaircies des fameux Lindenbaum et de Frühlingstraum.

Exemple d'analyse : Gute nacht 1. Forme et analyse harmonique• genre : hybride entre le Kunstlied et le Volklied. • forme : strophique variée (A A A' A2). Les quatre strophes du poème correspondent aux quatre strophes du Lied, les deux premières étant identiques. • plan tonal : unitaire - Chaque strophe commence et termine en ré. - Les 5ème et 6ème vers de chaque strophe sont utilisés dans une marche harmonique modulante (de fa majeur à si bémol majeur) • harmonie : Sur le plan harmonqiue, ce Lied est assez classique. Les effets harmoniques proviennent principalement des pédales de tonique (introduction au piano avec un accord de 7ème diminuée.

2. Motifs et procédés musicaux• motif récurrent : broderie supérieure sur rythme trochaïque (croche pointée double, croche. Voir pour la mélodie les mesures 9 et 17, pour l'accompagenement les mesures 24-27) • le piano : un rôle d'accompagnateur - pose l'harmonie sur des croches répétées - son contrechant accompagne la phrase en majeur

3. Texte et interprétation Le décor est planté dès les premières mesures par l'accompagnement pianistique seul. Ce phénomène est une donnée caractéristique des lieder romantiques. Thématique du voyageur : - les croches répétées donnent une impression de mouvement - une multitude de cadences parfaites faibles et une absence de demi-cadences renforcent cette impression. - la modulation au ton homonyme de ré majeur : provoque une légère tension, une atmosphère étrange - le rythme harmonique bascule à contre-temps comme si le voyageur était déboussolé par sa triste expérience amoureuse.

Écoute comparée : d'autres lieder extraits du WinterreiseDer Lindenbaum adopte un plan strophique similaire à Gute Nacht et affiche une même stabilité harmonique : on y entend seulement deux tonalités affirmées, mi majeur et mi mineur, qui alternent entre elles par de subtiles modulations. L’effet escompté est d’opposer la réminiscence d’un passé heureux (à l’ombre d’un arbre en présence de l’être aimé ?) à la réalité sombre et glaciale. La musique ne suggère pas ici la marche entamée par le narrateur comme dans Gute Nacht, mais plutôt un voyage intérieur fait d’aller-retour entre le souvenir et le présent. Ce procédé musical est à nouveau employé dans Die Post, où silences et modulations accompagnent les espérances de l’amant, tour à tour renaissantes et déçues. Dans Der Wegweiser, aux enchaînements harmoniques plus sinueux, l’instabilité tonale suggère le trouble du voyageur, son errance géographique aussi bien que mentale (le chemin qu’il s’apprête à suivre n’est-il pas celui de la folie ?). Des glissements harmoniques entre tonalités éloignées évoquent l’émotion du narrateur constatant le gel du ruisseau dans Auf dem Flusse. Plus loin, le parcours harmonique tumultueux de la dernière strophe symbolise le bouillonnement intérieur du wanderer et son retour à la vacuité morbide du réel. Dans les derniers lieder de Schubert, le piano prend son véritable essor en tant que complément de la voix. Même très nu, comme dans Der Leiermann ou les premières mesures d’Auf dem Flusse, son chant est extrêmement évocateur du ton du poème. Il peut tour à tour suggérer des éléments du réel (le clairon de la diligence postale dans Die Post, le vent agitant les feuilles du tilleul en trémolos de triolets et invitant le voyageur au repos dans Der Lindenbaum, la musette du leiermann...) ou évoquer le paysage mental du voyageur. Schubert prise ainsi les ostinati rythmiques ou de notes, que l’on avait déjà repéré dans Gute Nacht où ils représentaient le pas du narrateur. Dans Der Wegweiser, ils suggèrent l’état hypnotique dans lequel il se trouve et qui le fait déambuler au hasard des chemins. La note de sol répétée obstinément sonne comme un glas, le voyageur sombrant dans la folie n’ayant plus d’autre échappatoire que la mort. Ainsi à partir de poèmes de structure très simple et par des procédés musicaux d’apparence modeste, Schubert souligne les textes avec une grande finesse et évoque avec une inventivité toujours renouvelée le désarroi du voyageur et son cheminement émotionnel tumultueux.

QUELQUES LIENS UTILES : Il est indispensable, pour bien saisir la portée de ce cycle et appréhender les rapports texte / musique, de l'écouter avec le texte sous les yeux. Le site recmusic.org propose l'intégralité des poèmes avec une traduction française en vis-à-vis. Une belle analyse sensible du cycle entier, sur le site des Esprits nomades

Un étonnant numéro de la série des "Grands compositeurs" de Marc Dumont, consacré aux accompagnements non pianistiques du Winterreise

Mots clés :