VIDEO - Roberto Alagna : « Le ténor, c'est celui qui prend des risques »

Qu'est-ce qu'un bon ténor ? La parution du nouvel album de Roberto Alagna sur l'un des plus grands ténors de tous les temps, « Caruso 1873 », est l'occasion pour le chanteur de revenir sur les qualités et caractéristiques d'une belle voix de ténor.

VIDEO - Roberto Alagna : « Le ténor, c'est celui qui prend des risques »
« Allez trouver l'instrument, vous êtes un instrument, vous avez été créé pour ça. » - Roberto Alagna , © Radio France / Mattéo Iachkine et Lucie Bombled

Comment être un bon ténor ? Les 5 leçons de Roberto Alagna

Roberto Alagna:« C'est spécial, le ténor ! Dans l'histoire de l'humanité et dans l'histoire de la vocalité humaine, le ténor c’est très récent. C'est une mutation qui s'est produite il y a à peu près deux siècles. On est arrivé au ténor moderne, qui n'existe pas dans la nature ».

Leçon 1 - Sortir de son registre vocal

Roberto Alagna :« Quand on est débutant, il faut être prudent, mais pas trop. Si on reste cloisonné dans un répertoire soi-disant salutaire, la voix n'évoluera jamais. Il ne faut pas toujours chanter soit trop lourd, soit trop léger, il faut alterner. Pour découvrir de nouvelles possibilités, il faut aussi parfois se dépasser en allant dans un répertoire un peu plus risqué pour son âge. Mais ce n'est pas grave. Il ne faut pas le faire tout le temps, mais de temps en temps, il faut le faire et ne pas hésiter aussi à dépasser le cadre de la musique classique. Il faut aussi aller vers la pop ou le jazz. Tout cela va vous enrichir et vous faire chanter d'une autre façon.J’ai appris le legato avec Yves Montand !».

Leçon 2 - Trouver l'inspiration

Roberto Alagna :« C’estCarusoqui est le plus grand ténor de tous les temps. Il a tout : un beau timbre, une belle voix, une capacité pulmonaire extraordinaire, un goût et une musicalité, une personnalité vocale, une personnalité artistique et il est créateur. Il a une spontanéité, une simplicité, il a tout, voilà ! Chez tous les ténors, il y a quelque chose d'extraordinaire. Chez Caruso, tout est extraordinaire ».

Leçon 3 - Travailler sans relâche

Roberto Alagna :« Il faut quand même un potentiel. Et ensuite, il faut le travailler énormément. Dans les conservatoires, on fait travailler par exemple deux heures par semaine   Moi, je sais que j'ai travaillé huit heures par jour comme un instrumentiste et je continue encore. C'est un peu comme si on faisait des haltères pour entretenir la tonicité des muscles ».

Leçon 4 - Alimenter la passion

Roberto Alagna :« Il faut alimenter la passion. En fait, le jour où la passion s'arrête, la voix ne fonctionne plus. Tant qu'on a l'envie de donner, de partager, de découvrir des choses, l'envie d'étudier, l'envie de se dépasser… L'envie, tout simplement. C'est tellement difficile que sans cette passion, sans cette envie de faire, c'est impossible à faire . 

Leçon 5 - Savoir se tromper

On peut donner des conseils sur l'interprétation, sur des tas de choses, mais sur l'émission vocale, il faut plutôt méditer et chercher au fond de soi par la méditation et la recherche. Allez trouver l'instrument, vous êtes un instrument, vous avez été créé pour ça. Il faut pouvoir trouver les clés de l'énigme ». 

J'aime toujours répéter cette phrase du fameux et très grand ténor Giuseppe Di Stefano qui disait tout le temps : « Arrêtez de me donner des conseils, je sais me tromper tout seul ».