VIDEO : L'armonica de verre, comment ça marche ? Thomas Bloch

Insolite, ayant la sombre réputation de rendre fou son musicien, l'armonica de verre fascine par sa sonorité cristalline. Thomas Bloch, glass harmonicist, nous fait faire le tour de l'instrument en image et en musique.

VIDEO : L'armonica de verre, comment ça marche ? Thomas Bloch
L'armonica de verre de Thomas Bloch, © Radio France / Pôle vidéo, France Musique

Je ne sais pas ce qui m'attire vers ces vieux instruments qui ont un son un peu vaporeux. Inconsciemment, je dois être quelqu'un d'assez doux. Thomas Bloch, glass harmonicist

France Musique : Comment avez-vous découvert l'armonica de verre ?

Thomas Bloch : C'est via le disque que j'ai entendu l'instrument pour la première fois. Lorsque j'étais étudiant au CNSM de Paris, notre professeur d'analyse nous a fait écouter un enregistrement de ce dernier. Personne n'a été capable de reconnaitre l'armonica de verre, moi y compris, car nous étions au milieu des années 1980 et l'instrument venait tout juste de refaire surface ! J'ai été fasciné par le son qu'il produisait.

Comment c'est fait, un tel instrument ?

La première chose qui saute aux yeux, c'est cette série de bols en verre, il y en a 37 au total, ce qui confère une tessiture de trois octaves à l'instrument. Certains bols sont dorés, cela permet de repérer les 'touches noires', agencées comme celles d'un piano. Tous ces bols sont fixés sur un axe mis en rotation par une courroie, elle-même entraînée par un moteur électrique. Pour jouer fort, je dois appuyer  plus fortement sur les verres, ce qui les fait ralentir pour finir par s'arrêter complètement. Ce dernier point est particulièrement vrai pour les verres les plus petits, qui produisent les sont les plus aigus, car ils sont plus difficiles à mettre en vibration. Pour palier ce problème, l'instrument possède une pédale qui permet d'accélérer ou de ralentir les verres et d'adapter leur vitesse de rotation au jeu.

Comment produit-il des sons ?

Pour résumer le principe de mise en vibration des verres, on peut faire un parallèle avec le phénomène d'aquaplanage : lorsque la route (les verres) et mes pneus (mes doigts) sont secs, les deux adhèrent et rien ne passe, on tient la route. Lorsqu'il pleut et que les verres sont mouillés, mes doigts rebondissent très légèrement sur les verres (cela ne se voit pas à l'œil nu) et les mettent ainsi en vibration grâce à l'eau.

Quelle est l'histoire de l'armonica de verre ?

Il fût inventé par Benjamin Franklin en 1761. Il a rencontré dans une brasserie un musicien qui jouait un instrument appelé Seraphim. Il était composé de verres à pied sur lesquels on frottait les doigts humidifiés pour les faire chanter. Il a simplement voulu améliorer ce principe de base, en soufflant des verres de différentes tailles et en les arrangeant sur un axe selon une gamme chromatique. Dans une lettre, Franklin écrit à un ami abbé Italien qu'il a voulu rendre hommage à la langue italienne en utilisant le mot 'armonica' pour nommer son invention. C'est pourquoi, en français, on n'utilise pas de 'h' au début du mot, alors que dans d'autres langue, comme l'anglais ou l'allemand, ce dernier est présent. A partir de la fin du 18e siècle, environ 400 œuvres furent composées pour l'armonica de verre. Par exemple, Mozart a utilisé cet instrument avec une flûte, un hautbois, un alto et un violoncelle, Plus tard, Richard Strauss l'intègrera à son opéra 'La femme sans ombre' et Donizetti à sa 'Lucia di Lammermoor'. 

Il semblerait que l'instrument ait été interdit par la police vers 1835 : la légende dit qu'il rendait fous ses interprètes ! On pense que cela était lié au plomb contenu dans la peinture noire appliquée sur certains verres pour repérer les touches noires. Au bout de 15 ou 20 ans de pratiques, les musiciens finissaient donc par s'empoisonner. Puis, l'instrument a disparu, devant la taille des salles et des orchestres qui croissaient (ce n'est pas un instrument très sonore).

Il a ressurgit dans les années 1980 grâce à un maître verrier Allemand, Gerhard Finkenbeiner, qui s'était installé près de Boston aux États-Unis, et qui a décidé de reprendre la fabrication de l'instrument après en avoir aperçu un exemplaire conservé dans un musée. Il est décédé en 1999, mais fort heureusement, il a eu le temps de former du personnel apte à continuer la fabrication de l'armonica de verre. Depuis, on l'utilise dans la musique de film, dans des œuvres contemporaines, à ceci près qu'aujourd'hui, on peut l'amplifier.

Quels styles musicaux peut-on jouer avec votre instrument ?

L'armonica de verre se marie bien avec toutes sortes d'instruments. En effet, il a un timbre si particulier qu'il se détache immédiatement au sein d'un ensemble. Par exemple, il s'adapte très bien à la musique de chambre, à l'orchestre ou à la musique électronique de nos jours. A titre personnel, j'ai donc eu l'occasion et le plaisir de collaborer avec des groupes comme Radiohead, Gorillaz, de partir en tournée avec Tom Waits, Marianne Faithfull, etc. Aujourd'hui, de nombreux compositeurs recherchent des sonorités originales, notamment dans le domaine de la musique de film. On peut donc entendre l'armonica de verre dans Amadeus de Miloš Forman (puisque Mozart a composé pour l'instrument), dans Interview with the Vampire de Neil Jordan, plus récemment dans Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve, ou plus calmement dans La Marche de l'Empereur de Luc Jacquet.

Avez-vous une anecdote à nous raconter sur l'instrument ?

Peu de gens le connaissent, nous ne sommes que cinq ou six professionnels à en jouer dans le monde. A ce titre, quand je voyage avec mon armonica de verre, la douane me demande systématiquement d'ouvrir sa boîte. Sauf un jour, où en arrivant aux États-Unis, un douanier m'a dit : "Je sais ce que c'est, pas besoin d'ouvrir la caisse ! Il s'agit d'une fontaine à champagne, c'est très fragile alors passez !".

Pourquoi devrait-on choisir l'armonica de verre, plutôt qu'un autre instrument ?

Si vous aimez faire la vaisselle, c'est un très bon moyen de s'y exercer. Si vous aimez les sons cristallins et très aigus, il faut également choisir cet instrument. Autrement, si vous apréciez que l'on vous masse le bout des doigts, l'armonica de verre est fait pour vous ! Enfin il possède un large répertoire composé par de nombreux compositeur, comme C. P. E. Bach,Hasse, Mozart, Beethoven, Strauss, Donizetti, et plus récemment Michel Redolfi ou George Benjamin.