VIDEO - Clara Schumann, tout pour l'amour de l'art

Au XIXe siècle, la compositrice et pianiste Clara Schumann est une superstar, acclamée par la critique et par ses pairs. Retour sur son parcours hors norme, à l'occasion du bicentenaire de sa naissance.

VIDEO - Clara Schumann, tout pour l'amour de l'art
Clara Schumann, compositrice et pianiste, © BNF / Gallica

Clara Wieck révèle très tôt ses talents au piano. Enfant prodige, son père l’emmène à l’âge de 11 ans faire une tournée européenne qui s’achève à Paris. Après des semaines de concerts, Felix Mendelssohn, Frédéric Chopin, ou encore le violoniste virtuose Paganini s’inclinent tous devant son talent. 

Un talent qu’elle développe aussi dans la composition. Ce que l'on sait moins car elle s’est mariée avec Robert Schumann, un nom qui a été davantage retenu par l'histoire musicale… et qui a fait beaucoup d’ombre à celui de sa future épouse..

Vidéo réalisée avec les archives de Gallica - En partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France

Avant le mariage, les deux amoureux subissent de longues épreuves. Le père de Clara Schumann, formellement opposé à cet union, leur intente un procès : à ses yeux, Robert, qui était son élève, est un raté, un moins que rien et il ne mérite pas sa fille.

Mais Clara est prête à tout : à sacrifier l’amour de son père, et à sacrifier l’amour de la musique... 

« Tout m’est indifférent sauf mon art et mon art c’est toi », écrit-elle à son époux.

A 34 ans, elle arrête la composition pour se consacrer à sa vie de famille, qui est plutôt agitée :  huit enfants, peu d’argent, un mari malade et jaloux dont il faut beaucoup s’occuper... Parfois, elle délaisse le piano pour lui : 

« Mon piano est relégué au second plan quand Robert compose »

En 1856, Robert Schumann meurt. Période sombre où Clara se console auprès d’un jeune musicien, Johannes Brahms. Elle le prend sous son aile, va faire décoller sa carrière de compositeur et devient l'une de ses amies les plus fidèles.

Veuve, la pianiste reprend une vie de concertiste. Elle dit qu’elle joue de mieux en mieux… Le public qui l’acclame, les voyages, la musique, c’est euphorisant, c’est exaltant. Pendant 60 ans, Clara Schumann incarne et porte la musique allemande à son sommet. Et pour la postérité, elle laisse une quarantaine d’œuvres, dont certaines sont encore à exhumer. 

Crédits musique 

  • Trio pour piano, violon et violoncelle op.17 de Clara Schumann avec Bernard Julien, Maëlle Vilbert et Julien Hanck, enregistré le 8 mars 2017 à la Mairie du Ve arrondissement de Paris sur l'impulsion de l'association les Déconcertants : 
  • 3 Romances pour violon et piano op. 22, n°2 par Elise Bertrand au violon et Julien Hanck au piano :
  • Romance op.21 de Clara Schumann par Philippe Cassard