VIDEO : « Les violoncellistes couvrent l'histoire de la musique de manières très différentes » Bruno Philippe

De son rôle d'instrument d'accompagnement à son statut de soliste, la place du violoncelle a évolué de manière considérable.Bruno Philippe, nous fait découvrir un instrument marqué par son histoire, en image et en musique.

VIDEO : « Les violoncellistes couvrent l'histoire de la musique de manières très différentes » Bruno Philippe
Bruno Philippe

Pour le musicien, l'instrument c'est avant tout un outil, on est artisan en tant que musicien. L'instrument a ce double statut, à la fois d'oeuvre d'art et d'outil.

France Musique : Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement du violoncelle ?

Bruno Philippe: C'est un instrument de la famille des cordes frottées. Il se situe troisième dans la fratrie : violon, alto, violoncelle, contrebasse. C'est un instrument en bois.
Il possède un fond, une table, une touche sur laquelle on actionne nos doigts pour faire des sons différents, et un chevalet sur lequel reposent les cordes qui permettent de faire entrer l'instrument en vibration.  

À partir du moment où les compositeurs ont eu une écriture de plus en plus virtuose pour l'instrument, les violoncellistes ont bénéficié de la pique. Cela permet d'avoir moins de difficulté à jouer dans l'aigu.

Comment produit-il du son ?

Presque plus important que l'instrument en lui-même, c'est l'archet.  

C'est la voix de l'instrumentiste. Grâce à lui, je peux produire un son qui pourra faire penser à une mélodie ou qui permettra en tout cas de faire résonner l'instrument. 

Avec quels instruments s'associe-t-il ?

Il se marie bien avec pratiquement tous les instruments grâce à son ambitus et sa tessiture, que ce soit avec un chanteur ou avec différents autres instruments, il se marie extrêmement bien.

L'instrument permet-il de produire des sons... inattendus ?

On peut évidemment avoir un sul ponticello, qui pouvait être également utilisé déjà à l'époque baroque chez Vivaldi. On pense notamment aux Quatre saisons pour représenter l'orage. On peut aussi faire des pizz pour se rapprocher de la guitare. Quand je commence à perdre en attention en répétitions, j'aime beaucoup faire la mouette. Ça me rapproche un peu de la plage, de la mer. 

La place du violoncelle a-t-elle évolué dans l'histoire de la musique ?

Au tout début de son apparition dans l'histoire de la musique, il servait à l'harmonie, à la basse. On appelait ça 'faire du continuo', être à la base de l'harmonie.  Au fur et à mesure que les compositeurs se sont passionnés pour cet instrument, et que la technique a évolué, c'est devenu un instrument plus soliste avec lequel on s'est mis à chanter. Donc, en tant que violoncelliste, on couvre l'histoire de la musique de manière très différente. Donc, au sein d'un même métier qui est celui de musicien, on a des fonctions qui sont très différentes. 

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

Une fois je suis arrivé en retard à mon propre concert. C'était un concert solo, et donc je suis arrivé dans l'église de mon propre concert déjà remplie par le public. Je suis arrivé dans cette église avec mon instrument et ma valise. J'ai eu cinq minutes pour me changer, puis je suis allé jouer.

Que diriez-vous à un débutant ?

S'il s'apprête à faire du violoncelle, il fait un très bon choix. Il est sur le point de commencer un des plus beaux instruments au monde. Qu'on n'a peut-être pas un répertoire aussi énorme que celui du piano ou du violon, mais qu'en tout cas, il pourra presque tout jouer de son vivant, ce qui est important et surtout pratiquement que des chefs d'œuvre.