Un an après l'incendie, l'orgue de Notre-Dame attend d'être rénové

Les travaux concernant le démontage du Grand Orgue de Notre-Dame auraient dû commencer cette semaine. A cause du coronavirus, ils sont reportés, ainsi que l’ensemble des opérations en cours pour restaurer la Cathédrale.

Un an après l'incendie, l'orgue de Notre-Dame attend d'être rénové
Grand Orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris (2008), © Getty / Godong / Universal Images Group

Lors de l’incendie du 15 avril 2019, le Grand Orgue de Notre-Dame a été relativement “épargné”. Il n’a pas directement souffert du feu, ni de l’eau envoyée par les pompiers, protégé par la dalle située entre les deux  tours de la cathédrale. Mais comme l’ensemble de l’édifice, il a subi une forte pollution au plomb et doit être décontaminé. Pour cela, en septembre dernier, les spécialistes ont donc décidé que la meilleure solution serait de le démonter. 

Des travaux retardés

Mais les opérations ont été retardées pour plusieurs raisons. Avant d’envisager l’installation d’un échafaudage, il fallait protéger l’édifice. “Il nous faut nous assurer que les gens qui effectueront ce travail ne  soient pas sous une voûte en péril qui menace de s’écrouler”, explique Eric Brottier, technicien-conseil pour le Ministère de la Culture.

Par ailleurs, en raison de variations climatiques très fortes dans les mois qui ont suivi l’incendie, la cathédrale n’a pas pu être sécurisée assez vite et des effets secondaires sont apparus. L’humidité liée à l’intervention des pompiers, la canicule de l’été dernier, l’automne et l’hiver humides qui ont suivi l’ont fragilisée. “On peut penser qu’un certain nombre de pièces sensibles, notamment les pièces en bois comme le sommier, ont été altérées à cause de ces conditions très variables.”

Une restauration en deux temps

Les opérations de restauration du Grand Orgue se dérouleront en deux temps. Tout d’abord, un premier nettoyage sera effectué sur place et la “quasi-totalité de l’instrument, hormis le buffet et les pièces les plus encombrantes” seront “démontées”, explique Christian Lutz, technicien-conseil chargé des orgues de Paris protégés au titre des Monuments historiques. 

Le  démontage aurait dû débuter cette semaine mais à cause du coronavirus, il est reporté. La date des travaux demeure donc pour l’instant incertaine mais une fois lancée, cette première phase devrait durer cinq  mois. 

Trois ateliers de facture d’orgues mobilisés

“Dans le cadre de l’urgence impérieuse qu’il y a à sortir l’instrument d’un environnement devenu hostile, trois entreprises ont été réquisitionnées.” Parmi elles, “deux avaient déjà travaillé à Notre-Dame en 2012-2014, l’atelier Bertrand Cattiaux, récemment racheté par Olivier Chevron, et celui de Pascal Quoirin.” Ils s’associeront avec la Manufacture languedocienne de grandes orgues.

L’opération s’annonce difficile à cause de la pollution. “Il faudra suivre un protocole très précis, selon Eric Brottier. Le travail s’effectuera sous scaphandre et ne devra pas dépasser 1h30 d’affilée. La solution sera peut-être de mobiliser plus de personnes, mais pas en continu”. 

La seconde phase débutera à l’issue du démontage. Selon Christian Lutz, “elle consistera à décontaminer l’instrument en atelier, à restaurer les éléments qui le nécessitent, indépendamment des effets de l’incendie, et à le remonter. Cette opération ne se fera plus dans le contexte de l’urgence absolue et une mise en concurrence aura lieu entre les entreprises.” L’ensemble des travaux devrait en principe s’achever en mars 2024.