"Trauermarsch l'Orchestre de Paris dans l'Argentine de la dictature" d'Esteban Buch - Prix France Musique des Muses

Sélectionné pour le Prix France Musique des Muses, Esteban Buch est l’auteur de "Trauermarsch, l’Orchestre de Paris dans l’Argentine de la dictature" publié aux éditions du Seuil. Présentation et entretien avec l’auteur.

"Trauermarsch l'Orchestre de Paris dans l'Argentine de la dictature" d'Esteban Buch - Prix France Musique des Muses
Couverture du livre "Trauermarsch, l'Orchestre de Paris dans l'Argentine de la dictature" d'Esteban Bauch , © Seuil

Quelques mots sur Esteban Buch

Spécialiste des rapports entre musique et politique, Esteban Buch est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, où il dirige l’équipe musique du Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, E.H.E.S.S. – C.N.R.S.) Il est l’auteur de Le cas Schönberg - Naissance de l’avant-garde musicale et de La «Neuvième» de Beethoven - Une histoire politique.

Trauermarsch, l'Orchestre de Paris dans l'Argentine de la dictature

Dans son analyse du rôle critique de l'oeuvre d'art face au pouvoir autoritaire, l'auteur se concentre sur la visite du chef franco-argentin Daniel Barenboïm et de l'orchestre de Paris à Buenos Aires, en 1980, alors que les relations entre les deux pays sont en crise après le meurtre de deux religieuses françaises.

Trois questions à Esteban Buch

  • Quelle place occupe ce livre dans votre carrière ?

Ce livre est le résultat d’une réflexion de longue haleine sur les relations entre musique et politique, jalonnée par La « Neuvième » de Beethoven - Une histoire politique (Gallimard, 1999) ou L’affaire Bomarzo - Opéra, perversion et dictature (Editions de l’EHESS, 2011). Comme dans ce dernier livre, le regard se porte ici sur les régimes autoritaires, dont la dictature argentine est un exemple paradigmatique: comment la musique fait sens pour des individus soumis à la contrainte physique et à la terreur morale ? Comment peut-elle servir ces pouvoirs autoritaires, comment peut-elle, au contraire, donner aux individus des moyens pour y résister ? Par ailleurs, l’analyse de la Cinquième symphonie de Mahler prolonge un ancien intérêt pour l’Ecole de Vienne, dont témoignent Histoire d’un secret - A propos de la Suite lyrique d’Alban Berg (Actes Sud, 1994) et Le Cas Schönberg - Naissance de l’avant-garde musicale (Gallimard, 2006). Enfin, du point de vue biographique le thème d’une visite en Argentine d'un orchestre français dirigé par un chef né à Buenos Aires (Daniel Barenboïm), est une manière de faire dialoguer dans mon travail mon pays natal et mon pays d’adoption.

  • Que pensez-vous apporter aux lecteurs à travers votre ouvrage ?

Je pense tout d’abord leur apporter une histoire, au double sens d’un récit (la première partie du livre est conçue comme une sorte de thriller) et d’un rapport à la discipline historique (le travail sur les sources, notamment diplomatiques, est essentiel dans cet ouvrage). J’espère, ensuite, les rendre attentifs à la possibilité de percevoir, ou non, une signification politique de la musique, en les plongeant dans la reconstruction micro - historique d’une interprétation précise de la Cinquième de Mahler, cette oeuvre où Theodor Adorno entendait « un cri d’effroi devant pire que la mort ». Je voudrais enfin, en inscrivant cette interrogation musicologique dans ma propre histoire de vie, élargir la question du sens de la musique à d’autres genres tels que le rock, et explorer le rôle de la musique dans l’articulation entre histoire et mémoire. Ces trois registres convergent dans l’espoir d’intégrer dans un projet commun la musicologie, les sciences sociales et la littérature.

  • Quels sont vos projets futurs ?

A la suite d’une contribution récente à une Histoire des émotions (Seuil, sous presse), et prolongeant des enquêtes plus anciennes sur l’herméneutique musicale de l’amour (Histoire d’un secret, 1994) et sur la censure des représentations musicales de la perversion (L’affaire Bomarzo, 2011), je travaille actuellement sur les les rapports entre musique et sexualité.

Propos recueillis par Anabelle Machou dans le cadre d'un projet de tutorat.