Soupçonnés de harcèlement sexuel, Daniele Gatti s'excuse et Bernard Uzan démissionne

Mis en cause par plusieurs témoignages, le chef d'orchestre Dianele Gatti a fait part de ses excuses. Bernard Uzan, directeur artistique d'une troupe d'opéra, a préféré démissionner.

Soupçonnés de harcèlement sexuel, Daniele Gatti s'excuse et Bernard Uzan démissionne
Daniele Gatti, ici en 2017, s'est excusé après des accusations de harcèlement sexuel, © Getty / Roberto Serra - Iguana Press /

Après les accusations de harcèlement sexuel qui les visent, Daniele Gatti et Bernard Uzan réagissent. Le premier, chef de l'orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, a fait part de ses excuses, publiées par plusieurs médias. « À toutes les femmes que j'ai croisées au cours de ma vie, particulièrement à celles qui croient que je ne les ai pas traitées avec le respect et la dignité qui leur sont dus, je demande pardon du fond de mon cœur ». Daniele Gatti promet de faire en sorte «qu'aucune femme ne se sente mal à l'aise, surtout celles avec qui [il] travaille dans la musique classique ».

Avec d'autre grands noms de la musique, Daniele Gatti est mis en cause par des femmes dénonçant des actes de harcèlement sexuel. Les témoignages ont été recueillis et compilés par le Washington Post. Parmi les autres personnes citées se trouve Bernard Uzan. Ancien directeur de l'opéra de Montréal, il a avoué une tendance à l'emportement dans sa réponse au Washington Post tout en niant le harcèlement.

Il a cependant démissionné de sa fonction de directeur artistique, en charge du programme des jeunes artistes du Florida Grand Opera, une troupe de Miami. Son épouse, la soprano Diana Soviero, a fait de même. La veille de cette double démission, la directrice générale avait déclaré : «il est de notre devoir de veiller à ce que chaque employé se sente en sécurité ». Dès le début des révélations, le violoniste William Preucil, jusqu'à présent membre de l'orchestre de Cleveland, a quitté son poste, en refusant de s'exprimer.