Raquel Camarinha, soprano, Révélation des Victoires de la Musique Classique 2017

La soprano Raquel Camarinha est nommée pour les Victoires de la musique classique 2017 dans la catégorie “Révélations artistes lyriques”. Nous lui avons posé cinq questions.

Raquel Camarinha, soprano, Révélation des Victoires de la Musique Classique 2017
Raquel Camarinha nommée Révélations aux Victoires de la Musique Classique, © Radio France / A.deLaleu

France Musique : Pouvez-vous vous présenter ?

Raquel Camarinha : J’ai grandi dans le nord du Portugal, près de Porto où j’ai commencé mes études musicales. Je suis arrivée à Paris en 2009 pour étudier au CNSMD (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse). J’y ai fait mon master et depuis, je suis installée définitivement à Paris.

Quand et comment avez-vous décidé d’être chanteuse ?

J’ai toujours fait de la musique, depuis mes cinq ans. Ça a toujours représenté une grande partie de ma vie mais je n’avais jamais pensé à en faire professionnellement jusqu’à ce que j’obtienne mon baccalauréat. Je viens d’une famille de médecins et j’étais censée être médecin, moi aussi. Et puis, finalement, après mon bac, je me suis dit que j’aimerais bien faire de la musique. Au début, mes parents étaient un petit peu dubitatifs, puis ils m’ont laissé faire…

Quel serait votre rêve le plus fou ?

Je viens d’avoir un bébé, il y a six mois, et je pense que mon rêve serait de pouvoir me consacrer à lui, tout en faisant de la musique. Concilier les deux. Pour l’instant ça marche très bien et j’aimerais que ça continue comme ça. Je n’aurais pas aimé devoir en ‘laisser’ un pour l’autre.

A quoi pensez-vous quand vous chantez ?

Je pense beaucoup à mon texte, j’essaye d’en être le plus proche. Je dirais que c’est le “plus”, l’avantage, quand on est chanteur. On a des mots que l’on peut transmettre, pas seulement de la musique. Donc je pense à ces mots, aux sentiments qui ont inspiré ce texte.

Quel est votre plus beau souvenir musical ?

Je pense à Carmen la Cubana (donné au théâtre du Châtelet) dans lequel j’ai tenu le rôle de Marilù. Il y avait toute une troupe cubaine sur scène avec une grande énergie. Tout le monde était souriant. Pendant les répétitions à la pause, quelqu’un allait au piano pour jouer et tout le monde se mettait alors à danser, je n'avais jamais vécu ça. Normalement un opéra est très formel. Là non, les gens étaient debout, ils dansaient les uns avec les autres. C’était ma quatrième production au théâtre du Châtelet et l’accueil y est très chaleureux, c’est comme une famille. C’était vraiment extraordinaire et cette période coïncidait avec ma grossesse. Un jour, nous étions en répétition et pour la première fois une percussionniste nous accompagnait. Quand elle a commencé à jouer, j’ai senti le bébé qui tapait dans le ventre en rythme.

Propos recueillis par Nathalie Moller

Vidéos

Concert des Révélations - Victoires de la Musique Classique 2017Enregistré mardi 3 janvier au studio 105 de la Maison de la Radio

Jean-Philippe Rameau : Platée, « Aux langueurs d'Apollon »

Manuel de Falla : Siete canciones Populares Espangolas, « Nana »

Francis Poulenc : Les Mamelles de Tirésias, « Non, monsieur mon mari »

Découvrez les autres candidats nommés aux Révélations