Quelles sont les meilleures versions des airs K505, 431 et 418 de Mozart ?

Chantal Cazaux, Emmanuel Dupuy et Piotr Kaminski élisent les versions de référence des airs de concert « Ch’io mi scordi di te ? », « Misero ! O sogno » et « Vorrei spiegarvi » de Wolfgang Amadeus Mozart.

Quelles sont les meilleures versions des airs K505, 431 et 418 de Mozart ?
Wolfgang Amadeus Mozart, © Getty / Popperfoto

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 21 janvier 2018

participez:

►Votez ci-dessous pour votre version préférée (1 module de vote pour chaque air !)
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

Quelle est la meilleure version de « Ch’io mi scordi di te » K 505 ?

compte-rendu:

Est-ce l’art qui ne cache plus l’art ? La version très diva d’Elisabeth Schwarzkopf semble bien apprêtée ; on se tournera sans hésitation vers un Mozart plus naturel.

Voix ronde et pulpeuse, le mezzo de Magdalena Kožená a tendance aussi à surjouer... Et ce théâtre démonstratif s’accorde mal au pianoforte aigrelet de Jos van Immersel.

Un naturel, un charme, un timbre de chair, une technique affûtée : Cecilia Bartoli réunit toutes les vertus du Mozart idéal. Et le piano complice d’András Schiff est un rêve à l’état pur.

Grâce, pudeur, évidence, le « Ch’io mi scordi di te ? » de Teresa Berganza déploie mille couleurs, glissées dans un sourire unique : ce Mozart se marie au piano chanteur de Geoffrey Parsons, goûtant chaque mot avec gourmandise sans la moindre afféterie.

palmarès:

N°1
Version C

Teresa Berganza, Geoffrey Parsons, Orchestre symphonique de Londres, dir. John Pritchard (Decca, 1962)

"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Teresa Berganza
"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Teresa Berganza, © CD Decca

N°2
Version D

Cecilia Bartoli, András Schiff, Orchestre de chambre de Vienne, dir. György Fischer (Decca, 1990)

"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Cecilia Bartoli
"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Cecilia Bartoli, © CD Decca

N°3
Version B

Magdalena Kožená, Jos van Immerseel, Orchestre de l’âge des Lumières, dir. Simon Rattle (Archiv, 2005)

"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Magdalena Kozena
"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Magdalena Kozena, © CD Archiv

N°4
Version A

Elisabeth Schwarzkopf, Alfred Brendel, Orchestre symphonique de Londres, dir. George Szell (Warner, 1968)

"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Elisabeth Schwarzkopf
"Ch'io mi scordi di te ?" K 505 de Mozart par Elisabeth Schwarzkopf, © CD Warner

Quelle est la meilleure version de « Misero ! O sogno » K 431 ?

compte-rendu:

Si le timbre de Léopold Simoneau n’est pas du goût de tout le monde, son Mozart suave, son nuancier infini et la vérité des mots composent une scène irremplaçable. Dommage qu’il souffre d’un piètre accompagnement.

On pardonnera aisément à Fritz Wunderlich certaines consonnes, tant sa langue est celle des dieux ! Voix de bronze, style majestueux, il donne un Mozart héroïque et déchirant, qui emporte tout avec lui : on ne résiste pas.

Pavol Breslik, ton noble et timbre sombre, donne à cet air désespéré des accents poignants, poussé par un orchestre qui n’oublie jamais l’urgence des affects. Une superbe incarnation.

Dans le « Misero ! O Sogno » très Sturm und Drang de Juan Diego Florez, on admire, dès les premières mesures, une phalange (La Scintilla) et un chef (Misasi) emportés par le torrent des passions. Et quelle tenue ! Le ténor traduit les tourments et les palpitations du texte, en donnant à ce personnage venu de nulle part l’épaisseur et le ton aristocratique des grands héros mozartiens.

palmarès:

N°1
Version C

Juan Diego Florez, Orchestre La Scintilla, dir. Riccardo Minasi (Sony, 2017)

"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Juan Diego Florez
"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Juan Diego Florez, © CD Sony

N°2
Version D

Pavol Breslik, Orchestre de la radio de Munich, dir. Patrick Lange (Orfeo, 2014)

"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Pavol Breslik
"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Pavol Breslik, © CD Orfeo

N°3
Version B

Fritz Wunderlich, Orchestre de la radio de Stuttgart, dir. Hans Müller-Kray (SWR, 1963)

"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Fritz Wunderlich
"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Fritz Wunderlich, © CD SWR

N°4
Version A

Léopold Simoneau, Orchestre du Théâtre des Champs-Elysées, dir. André Jouve (EMI, 1955)

"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Léopold Simoneau
"Misero ! O sogno..." K 431 de Mozart par Léopold Simoneau, © CD EMI

Quelle est la meilleure version de « Vorrei spiegarvi, oh Dio !» ? K 418 ?

compte-rendu:

Une leçon de chant : le « Vorrei Spiegarvi » de Margaret Price atteint une perfection technique qui laisse pantois ! Qu’importe alors que cet hédonisme vocal manque un peu de sentiment et impose une distance. Et que l’orchestre et son hautbois soient bien conventionnels.

Précédée d’un hautbois céleste, puis sans cesse relancée par Harnoncourt, Edita Gruberova accomplit des miracles techniques, mais y ajoute des poses et des minauderies dont Mozart se serait bien passé. Touchant néanmoins.

La voix de Sabine Devieilhe semble flotter, fruitée, aérienne dans ses suraigus adamantins, tandis que la musicienne utilise au mieux ce cristal pour donner du sens aux mots. Mais on lui reproche aussi de multiplier les soufflets, et à l’Ensemble Pygmalion de gonfler et dégonfler le discours pour lui conférer expressivité.

Mots et (sur)aigus s’unissent avec une espèce d’évidence chez Natalie Dessay : d’une technique imparable, elle se rit de toutes les embûches, glisse d’astucieux ornements et nous donne un « Vorrei Spiegarvi » comme tombé du ciel.

palmarès:

N°1
Version C

Natalie Dessay, Orchestre de l’Opéra de Lyon, dir. Theodor Guschlbauer (Erato, 1994)

"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Natalie Dessay
"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Natalie Dessay, © CD Erato

N°2
Version D

Sabine Devieilhe, Ensemble Pygmalion, dir. Raphaël Pichon (Erato, 2015)

"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Sabine Devieilhe
"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Sabine Devieilhe, © CD Erato

N°3
Version B

Edita Gruberova, Orchestre de chambre d’Europe, dir. Nikolaus Harnoncourt (Teldec, 1991)

"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Edita Gruberova
"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Edita Gruberova, © CD Teldec

N°4
Version A

Margaret Price, Orchestre philharmonique de Londres, dir. James Lockhart (RCA, 1975)

"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Margaret Price
"Vorrei spiegarvi, oh Dio !" K 418 de Mozart par Margaret Price, © CD RCA