Quelles sont les meilleures versions de : la Sonate K380, Pavane pour une infante défunte et Trish-Trash Polka?

Séverine Garnier, Emmanuelle Giuliani et Christian Merlin élisent les versions de référence de la Sonate en mi majeur de Scarlatti, de la Pavane pour une infante défunte de Ravel et de Tritsch-Tratsch-Polka de Johann Strauss.

Quelles sont les meilleures versions de : la Sonate K380,  Pavane pour une infante défunte et Trish-Trash Polka?
Scarlatti, peinture de Domingo Antonio Velasco (détail) © DP / Ravel (en 1925) © DP / Jphann Strauss II, photo de Fritz Luckhardt © DP

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du dimanche 31 décembre 2017

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée(3 votes !)
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine

1) Quelle est la meilleure version de la Sonate en mi majeur, K 380 de Scarlatti ?

compte-rendu:

Solennel et apprêté, le Scarlatti de Christian Zacharias déconcerte tout le monde : comment ce fin mozartien s’est-il à ce point égaré ?

Alexandre Tharaud réinvente le clavecin depuis son piano : c’est ludique, démonstratif, mais non exempt de duretés.

Le jeu percutant et percussif de Yuja Wang ne fait qu’une bouchée de la Sonate ; une interprétation pleine et narrative, un peu tout d’une pièce peut-être.

Du théâtre, de la magie, de la folie : Ivo Pogorelich, aux moyens stupéfiants, s’envole, tourbillonne, cisèle chaque note comme si elle sertissait une rivière de diamants. Un régal.

Ah ce toucher, ah ces dynamiques, ah ce poète de Vladimir Horowitz ! Dans sa Sonate fétiche, le Russe envoûte, varie les pleins et les déliés, les ombres et les éclairs, atteint l’équilibre parfait entre danse et confidence. Encore !

Retour aux sources : la subtile Marcelle Meyer, dans un son à la fois perlé et ouaté, murmure et illumine de l’intérieur cette rêverie délicieuse : un Scarlatti tendre, sautillant, d’un charme fou. Celui auquel on reviendra.

palmarès:

N°1
Version A

Marcelle Meyer (Warner, 1954)

Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Marcelle Meyer
Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Marcelle Meyer, © CD Warner

N°2
Version B

Vladimir Horowitz (Sony, 1968)

Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Vladimir Horowitz
Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Vladimir Horowitz, © CD Sony

N°3
Version E

Ivo Pogorelich (DG, 1991)

Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Ivo Pogorelich
Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Ivo Pogorelich, © CD DG

N°4
Version C

Alexandre Tharaud (Erato, 2010)

Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Alexandre Tharaud
Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Alexandre Tharaud, © CD Erato

N°5
Version D

Yuja Wang (DG, 2010)

Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Yuja Wang
Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Yuja Wang, © CD DG

N°6
Version F

Christian Zacharias (EMI, 1984)

Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Christian Zacharias
Sonate en mi Maj. de Scarlatti par Christian Zacharias, © CD EMI

2) Quelle est la meilleure version de la Pavane pour une Infante Défunte de Ravel ?

compte-rendu:

Fritz Reiner assène tellement la Pavane, que la mélodie rêveuse de Ravel paraît d’un coup rudimentaire. Un comble.

Un son de cor si vibré, si typé, ça ne se fait plus bien sûr ; André Cluytens et l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire versent dans le sensuel et le langoureux comme ça n’est pas permis... Et sans doute est-ce trop.

Le Ravel de Claudio Abbado divise : certains lui trouvent noblesse et éclats fauves, les autres le jugent propret, convenu derrière sa mise élégante.

Un orchestre magnifique, des paysages spectaculaires, un geste qui brosse la toile et emplit l’atmosphère : Stéphane Denève s’y entend pour restituer la magie ravélienne. Manquerait-il toutefois un brin de naturel?

Le charme irrésistible de la Pavane, sa pudeur rentrée : tout cela, Charles Munch le recréé avec une grâce sans pareille, sur un tempo assez allant où chaque pupitre vibre et où chaque phrase procède de la précédente, dans un jeu merveilleux de naturel. Voici la grande version historique.

Sommes-nous chez Debussy ? Mahler ? Nous sommes aussi dans le Ravel doux, mélancolique et organique de Pierre Boulez, où la ligne, dessinée à la pointe sèche, fait s’épanouir une Pavane pleine d’essences capiteuses, belle comme une fleur de nuit.

palmarès:

N°1
Version E

Orchestre de Cleveland, dir. Pierre Boulez (DG, 1999)

Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Pierre Poulez
Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Pierre Poulez, © CD DG

N°2
Version B

Orchestre symphonique de Boston, dir. Charles Munch (RCA, 1962)

Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Charles Munch
Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Charles Munch, © CD RCA

N°3
Version F

Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR, dir. Stéphane Denève (Hänssler, 2014)

Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Stéphane Denève
Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Stéphane Denève, © CD Hänssler

N°4
Version D

Orchestre symphonique de Londres, dir. Claudio Abbado (DG, 1985)

Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Claudio Abbado
Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Claudio Abbado, © CD DG

N°5
Version C

Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, dir. André Cluytens (Erato, 1962)

Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par André Cluytens
Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par André Cluytens, © CD Erato

N°6
Version A

Orchestre symphonique de Chicago, dir. Fritz Reiner (RCA, 1957)

Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Fritz Reiner
Pavane pour un infante défunte de Ravel dirigée par Fritz Reiner, © CD RCA

3) Quelle est la meilleure version de Tritsch-Tratsch-Polka de Johann Strauss ?

compte-rendu:

Pas la peine d’en rajouter ! Non seulement Ferenc Fricsay se montre grossier, mais il cherche à tout prix à doper cette polka, comme s’il ne faisait pas confiance au génie de Strauss.

Dans cette page constamment remise sur le métier, Herbert von Karajan ne brille pas par sa finesse ni sa légèreté. Que c’est sérieux, martial, et même confus! Et puis, pourquoi là encore ces effets de manche qui trahissent notre pauvre Strauss ?

Une tradition, au Concert du Nouvel An, veut qu’on glisse sur cette polka un texte chanté à vive allure par des enfants : c’est tendre, amusant, mené de main de maitre par les Viennois et Mariss Jansons, mais pas indispensable.

Carlos Kleiber le démiurge. Sa version, captée au Nouvel An 1992, emporte tout sur son passage : une Tritsch-Tratsch-Polka allumée, fébrile et frappa-dingue, aux accents tziganes ! Vous lui trouvez la main un peu lourde ? Pas faux, mais quel festin !

Les pupitres s’amusent des cancans viennois, traduits ici dans un jeu grisant de questions/réponses. Voici un Lorin Maazel léger, inspiré, soucieux de mille détails. Une viennoiserie d’un chic fou.

Nikolaus Harnoncourt tire tout le suc de la partition et réunit son pari : faire chanter, danser et cancaner son orchestre tout en dirigeant de la musique de chambre. C’est intelligent, bourré d’idées, suprêmement musical : écoutez ces bois qui caquètent comme dans une volière! Le maître de la polka, c’est lui.

palmarès:

N°1
Version E

Orchestre Philharmonique de Berlin, dir. Nikolaus Harnoncourt (Teldec, 1998)

Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Nikolaus Harnoncourt
Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Nikolaus Harnoncourt, © CD Teldec

N°2
Version C

Orchestre Philharmonique de Vienne, dir. Lorin Maazel (DG, 1980)

Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Lorin Maazel
Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Lorin Maazel, © CD DG

N°3
Version D

Orchestre Philharmonique de Vienne, dir. Carlos Kleiber (Sony, 1992)

Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Carlos Kleiber
Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Carlos Kleiber, © CD Sony

N°4
Version F

Orchestre Philharmonique de Vienne, dir. Mariss Jansons (Sony, 2012)

Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Mariss Jansons
Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Mariss Jansons, © CD Sony

N°5
Version A

Orchestre Philharmonique de Berlin, dir. Herbert von Karajan (EMI, 1975)

Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Herbert von Karajan
Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Herbert von Karajan, © CD EMI

N°6
Version B

RIAS-Symphonie-Orchester, dir. Ferenc Fricsay (Audite, 1950)

Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Ferenc Fricsay
Trisch-Trasch Polka de Johann Strauss II dirigée par Ferenc Fricsay, © CD Audite