Quelle musique entendez-vous sur la photo "Petite gitane et Manitas de plata" ?

Allegretto vous propose de participer à la programmation musicale du vendredi 8 janvier en vous inspirant de la photo "Petite gitane et Manitas de plata" de Sabine Weiss, exposée à Les Douches La Galerie de Paris.

Quelle musique entendez-vous sur la photo "Petite gitane et Manitas de plata" ?
Petite gitane et manitas de plata, Saintes-Maries de la Mer (1954). Tirage gélatino-argentique d'époque réalisé par Sabine Weiss. 23 x 15 cm ©Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris
  • Cette photographie est visible au sein de l'exposition "Sous le soleil de la vie" qui se tient à Les Douches La Galerie (Paris), jusqu'au 20 février 2021

Née en 1924, Sabine Weiss a un long parcours jusqu'à ce jour. Originaire de Saint-Gingolph, un village traversé par la frontière franco-suisse, elle a été attirée très tôt par la photographique, qu'elle a appris aux côtés de Paul Boissenas dans un studio à Genève.

Elle arrive à Paris en 1946, et devient alors l'assistante de Willy Maywald, avant de rencontrer celui qui deviendra son mari, le peintre américain Hugh Weiss. Aux côtés de Maywald, elle découvre la notion de "lumière naturelle", elle rencontre des grandes figures parisiennes. Après cette formation, elle décide d'ouvrir son propre studio, et travaille dans la publicité, pour le monde de l'art et de la mode, en collaborant pour des titres prestigieux comme Vogue ou Time Magazine, et en réalisant les portraits de personnalités éminentes telles que Igor Stravinsky, Fernand Léger, Francis Scott Fitzgerald, Françoise Sagan ou encore Coco Chanel.

En marge de ce travail, souvent à titre de commande, Sabine Weiss effectue un travail plus personnel, et immortalise le Paris libéré de l'après-guerre. C'est à partir des années 1950 qu'elle est représentée par l'Agence Rapho, grâce à son ami, l'artiste Miro, où elle côtoie Robert Doisneau, Jean Cocteau ou encore Willy Ronis. Elle sillonne le monde, de l'Ethiopie à l'Egypte, en passant par l'île de la Réunion ou le Burkina Faso.

Photographier une personne, c'est la faire exister.

Issue du courant dit humaniste, et une des rares femmes à exercer ce métier pendant longtemps, Sabine Weiss est exposée dans le monde entier, dans les plus grandes institutions. Elle a récemment choisi de confier ses archives au Musée de l'Elysée à Lausanne, ce qui représentent 200 000 négatifs, 7000 planches-contact, 2700 tirages vintage et plus encore, de quoi donner le tournis.