Quelle est la meilleure version du Stabat Mater de Rossini ?

Chantal Cazaux, Piotr Kaminski et Pauline Sommelet élisent la version de référence du Stabat Mater de Gioacchino Rossini.

Quelle est la meilleure version du Stabat Mater de Rossini ?
Gioacchino Rossini (en 1865), © photographie d'Etienne Carjat / DP

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 11 mars 2018

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine

compte-rendu:

Une diction flottante, des problèmes de mise en place : Ferenc Fricsay et ses forces berlinoises, dans une prise de son qui accuse son âge, commencent mal le Stabat Mater de Rossini. Et Haefliger ne semble pas dans son élément.

Démonstratif, le ténor Francisco Araiza surjoue un personnage d’opéra, dans un Cujus Animam outrancier. Et la direction peu inspirée de Semyon Bychkov se traine.

Gravité et majesté guident la lecture de Carlo Maria Giulini. Mais ses lenteurs ennuient vite, d’autant que Katia Ricciarelli et Dalmacio Gonzalez ne sont pas inoubliables techniquement.

On doit à Riccardo Chailly un élan, une énergie et une plasticité très soignée, dès l’introduction éclairée de subtils contrechants aux bois. Mais Barbara Frittoli, Sonia Ganassi et Giuseppe Sabbatini ne sont pas des rossiniens aguerris ; dommage pour Michele Pertusi, si raffiné dans son Pro Peccatis. Une version toutefois lumineuse dans son ensemble.

Le timbre solaire entre tous de Luciano Pavarotti, le tempérament méditerranéen de Pilar Lorengar, la pudeur d’Yvonne Minton, la voix onctueuse de Hans Sotin composent un quatuor hors-norme… qui se croit un peu chez Verdi, poussé d’ailleurs par le geste spectaculaire d’István Kertész. Ce Rossini de cathédrale ne manque pourtant pas d’ardeur !

Voici le Stabat Mater le plus fervent et le plus évident, dès l’entrée d’un chœur comme né du néant, accompagné par un orchestre où les silences sont des murmures de douleur, où les couleurs se déploient telles une arche vers le ciel. Très soucieux du mot et du caractère doloriste de la partition, Antonio Pappano guide quatre merveilleux solistes, entièrement au service de cette longue prière belcantiste. Mention spéciale à Lawrence Brownlee pour un Cujus Animam d’anthologie.

palmarès:

N°1   Version B
Anna Netrebko, Joyce DiDonato, Lawrence Brownlee, Ildebrando d’Arcangelo, Choeurs et Orchestre de l’Académie Sainte-Cécile de Rome, dir. Antonio Pappano
(Warner, 2010)

Stabat Mater de Rossini dirigé par Antonio Pappano
Stabat Mater de Rossini dirigé par Antonio Pappano, © CD Warner

N°2   Version F
Pilar Lorengar, Yvonne Minton, Luciano Pavarotti, Hans Sotin, Chœurs et Orchestre symphonique de Londres, dir. István Kertész
(Decca, 1970)  

Stabat Mater de Rossini dirigé par Istvan Kertesz
Stabat Mater de Rossini dirigé par Istvan Kertesz, © CD Decca

N°3   Version E
Barbara Frittoli, Sonia Ganassi, Giuseppe Sabbatini, Michele Pertusi, Choeurs de la Radio néerlandaise, Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, dir. Riccardo Chailly
(Decca, 1998)

Stabat Mater de Rossini dirigé par Riccardo Chailly
Stabat Mater de Rossini dirigé par Riccardo Chailly, © CD Decca

N°4   Version D
Katia Ricciarelli, Lucia Valentini-Terrani, Dalmacio Gonzalez, Ruggero Raimondi, Chœurs et Orchestre Philharmonia, dir. Carlo Maria Giulini
(DG, 1981)

Stabat Mater de Rossini dirigé par Carlo Maria Giulini
Stabat Mater de Rossini dirigé par Carlo Maria Giulini, © CD DG

N°5   Version C
Carol Vaness, Cecilia Bartoli, Francisco Araiza, Ferruccio Furlanetto, Chœurs et Orchestre de la Radio bavaroise, dir. Semyon Bychkov
(Philips, 1989)

Stabat Mater de Rossini dirigé par Semyon Bychkov
Stabat Mater de Rossini dirigé par Semyon Bychkov, © CD Philips

N°6   Version A
Maria Stader, Marianna Radev, Ernst Haefliger, Kim Borg, RIAS-Kammerchor, Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, dir. Ferenc Fricsay
(Urania, 1954)

Stabat Mater de Rossini dirigé par Ferenc Fricsay
Stabat Mater de Rossini dirigé par Ferenc Fricsay, © CD Urania