Quelle est la meilleure version du Sextuor n°1 de Brahms ?

Jean-Charles Hoffelé (Diapason), Antoine Mignon (Classica) et Eric Taver (L’Etudiant) élisent la version de référence du Premier Sextuor à cordes de Johannes Brahms

Compte-rendu de La Tribune des critiques de disques du 15 février 2015

D’emblée, des dissensions. Ainsi, la version du Raphael Ensemble, sortie dès le premier tour, sera défendue d’un côté pour sa plénitude et fusillée de l’autre pour son tempo trop lent, son jeu fabriqué, un son étouffé. Fin de partie pour elle.

Les musiciens de Sine Nomine échappent de justesse à une disqualification immédiate : il faut pourtant attendre leur Andante, martelé avec bien trop d'agressivité, pour que la coupe déborde : stop !

Avec un vibrato un rien suranné et une justesse parfois relative, Yehudi Menuhin et les siens chantent, vibrent, pleurent, jouent leur vie à chaque mesure. Excessif ? Peut-être ! Ce ne sera pas la grande version moderne du Sextuor, mais quelle éloquence, quelle générosité !

Enregistrés à la même époque, le Quatuor Amadeus, Cecil Aronowitz et William Pleeth divisent l’équipe : des climats, des humeurs, des paysages pour les uns, de la froideur et de l’artifice pour les autres; bien morne, le Scherzo leur sera fatal, lancé avec des semelles de plomb.

Nos deux finalistes se distinguent en tout : pencher pour la lecture de l’Ensemble de l’Academy of St-Martin-in-the-Fields, c’est opter pour l’opulence sonore, un hédonisme de chaque instant… et une perfection instrumentale qui laisse bouche bée. Leur version arrivera en seconde position, derrière la lecture foisonnante (et très complémentaire de la précédente) du Quatuor Prazak réuni au Quatuor Zemlinsky : cohérence, rondeur, noblesse, éventails de couleurs et d’atmosphères, tout y est. Voici un Brahms parfumé d’Europe centrale, vivifiant, typé, charnu, choisi à une large majorité par le public... et, en un mot, idéal.

Participez

Votez ci-dessous pour votre version préférée,
laissez vos commentaires et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine. {% embed qualifio EF896306-AAEC-F57B-ADE5-530E8F77A325" id="qualifio111973" width="100%" height="800" scrolling="auto" frameborder="0" hspace="0" vspace="0" style="overflow-x: hidden;max-width: 603px;"> %}

Palmarès

N°1
Version C
Quatuor Prazak, avec Petr Holman et Vladimir Fortin/Quatuor Zemlinsky (Praga, 2013) N°2
Version F
Ensemble de chambre de l’Academy of Saint-Martin-in-the-Fields (Chandos, 1992)

N°3
Version E
Quatuor Amadeus, avec Cecil Aronowitz et William Pleeth (DG, 1966)

N°4
Version B
Yehudi Menuhin, Robert Masters, Cecil Aronowitz, Ernst Wallfisch, Maurice Gendron, Derek Simpson (EMI, 1963)

N°5
Version A
Quatuor Sine Nomine, avec Nicolas Pache et François Guye (Claves, 2014)

N°6
Version D
The Raphael Ensemble (Hyperion, 1988)

Sur le même thème