Quelle est la meilleure version du Psaume 130 de Lili Boulanger ?

Emmanuelle Giuliani, Jean-Charles Hoffelé et Sarah Léon élisent la version de référence du Psaume 130 « Du fond de l’abîme » de Lili Boulanger.

Quelle est la meilleure version du Psaume 130 de Lili Boulanger ?
Lili Boulager, © Getty / APIC

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 30 septembre 2018.

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

compte-rendu:

Est-ce la prise de son qui date ? Pas seulement. Igor Markevitch et ses forces restituent mal la tension du psaume : il émerge de ce magma orchestral percé de vents grêles, quelque chose de compact et d’écrasé.

L’atmosphère est chargée dans la vision sombre d’Helmut Wolf, mais les pupitres peinent à s’affranchir d’un certain statisme. Aussi toute la progression dramatique de ce long cri d’agonie est-elle freinée.

On s’arrêtera moins sur le léger accent du chœur que sur les difficultés de Yan Pascal Tortelier à bâtir une architecture cohérente et à faire éclater les irrépressibles crescendo scandant ce fleuve noir. Et puis le timbre d’Ann Murray grelotte désagréablement.

Opulent, trop opulent : John Eliot Gardiner, pourtant précis et rigoureux, dirige cette musique avec ostentation quand il faudrait en traduire l’inquiétude, l’angoisse et la nécessité interne. C’est dommage.

Mark Stringer éclaire maints détails de la partition, et tout en rendant limpide la polyphonie, colore ces noirs et gris de teintes de lune. Tout cela dans un geste qui s’anime comme un immense organisme vivant, et grâce à un chœur qui accentue encore le malaise. Quelle progression !

 L’urgence, l’horreur, l’oppression, un mélange d’espoir et de douleur traversant un paysage de catastrophes. L’esprit souffle à chaque mesure dans la lecture tendue jusqu’à se briser de Nadia Boulanger, qui saisit l’essence même de la musique de sa sœur. En dépit des insuffisances techniques et des aléas du live, on tient là l’indispensable version du chef-d’œuvre de Lili.

palmarès:

N°1
Version D

Bernadette Greevy, Ian Partridge, Chœurs et Orchestre de la BBC, dir. Nadia Boulanger (BBC, 1958)

N°2
Version E

Sonia de Beaufort, Martial Delafontaine, Chœur symphonique de Namur, Orchestre philharmonique de Luxembourg, dir. Mark Stringer (Timpani, 1998)

N°3
Version F

Sally Bruce-Payne, Julian Podger, Monteverdi Choir, London Symphony Orchestra, dir. John Eliot Gardiner (DG, 1999)

N°4
Version B

Ann Murray, Neil MacKenzie, Chœur de Birmingham, BBC Philharmonic, dir. Yan Pascal Tortelier (Chandos, 1999)

N°5
Version A

Helene Schneiderman, Robert Wörle, Chœurs et Orchestre Philharmonique de Stuttgart, dir. Helmut Wolf (Carus, 1994)

N°6
Version C

Oralia Dominguez, Raymonde Amade, Chorale Elisabeth Brasseur, Orchestre Lamoureux, dir. Igor Markevitch (EMI, 1958)