Quelle est la meilleure version du Concerto Brandebourgeois n°1 de Jean-Sébastien Bach ?

En direct et en public du Salon MUSICORA, Piotr Kaminski, Pauline Sommelet et Philippe Venturini élisent la version de référence du Premier Concerto Brandebourgeois de Jean-Sébastien Bach.

Quelle est la meilleure version du Concerto Brandebourgeois n°1 de Jean-Sébastien Bach ?
Jean-Sébastien Bach - gravure d'après le portrait peint par Elias Gottlob Haussmann (1746), © Getty / Ullstein Bild

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 03 juin 2018.

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

compte-rendu:

Seuls ont été pris en compte les enregistrements des 20 dernières années.

Couleurs réduites, lecture mécanique, irrégularités criantes : Riccardo Chailly était-il à ce point pressé d’en finir, qu’il livre à la tête du Gewandhaus de Leipzig un Brandebourgeois si peu passionnant ?

On ne perd pas de temps avec Reinhard Goebel : tout est aligné et cravaché sans le moindre état d’âme ni la moindre émotion : un Premier Brandebourgeois vide de sens – on n’ose pas dire vide de musique. Un comble !

Le Bach du Café Zimmermann ne met personne d’accord : certains entendent liberté, souffle et sens de la danse, les autres rechignent devant son ton saccadé, un manque de souplesse, des phrasés courts et un climat atone.

Les tribuns marquent à nouveau leur désaccord autour de Rinaldo Alessandrini : les cors et les hautbois regorgent de couleur et de plénitude, ou à l’inverse, plombent l’ambiance par une prudence excessive et une métrique sans imagination. Mais dans l’Allegro du troisième, plus personne ne perçoit les enjeux de ce Bach en demi-teinte, finalement assez décoratif.

L’Akademie für Alte Musik de Berlin suscite également des impressions opposées : d’un côté elle est jugée raide, grise et sinistre (en particulier dans le mouvement lent), de l’autre pleine d’esprit et de surprises, constamment mouvante et respirant vaste. Heureusement tout le monde se rejoint dans le troisième mouvement, vrai festin instrumental, phrasés longs, ton badin, absolument jouissif : il était temps !

On peut ou non aimer les effets très accentués des Barocchisti de Diego Fasolis, mais l’abondance de couleurs, de détails et l’ivresse instrumentale qui s’empare avec fougue de ce Bach sont contagieux : c’est une version de solistes conscients de leurs qualités, qui savent séduire, chanter, danser, rebondir et inventer la musique à mesure qu’elle se déroule – comme s’ils l’improvisaient. Que demander de plus ?

palmarès:

N°1   Version E
I Barocchisti, dir. Diego Fasolis (Arts, 2004)

Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par I Barocchristi
Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par I Barocchristi, © CD Arts

N°2   Version B
Akademie für Alte Musik Berlin (HM, 1997)

Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par l'Akademie für Alte Musik Berlin
Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par l'Akademie für Alte Musik Berlin, © CD Harmonia Mundi

N°3   Version A
Concerto Italiano, dir. Rinaldo Alessandrini (Naïve, 2005)

Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par le Concerto Italiano
Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par le Concerto Italiano, © CD naïve

N°4   Version D
Café Zimmermann (Alpha, 2004)

Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par Café Zimmermann
Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par Café Zimmermann, © CD Alpha

N°5   Version F
Berliner Barock Solisten, dir. Reinhard Goebel (Sony, 2016)

Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par les Berliner Barock Solisten
Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par les Berliner Barock Solisten, © CD Sony

N°6   Version C
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Riccardo Chailly (Decca, 2007)

Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par le Gewandhausorchester
Concerto Brandebourgeois n°1 de Bach par le Gewandhausorchester, © CD Decca