Quelle est la meilleure version du King Arthur d'Henry Purcell ?

Emmanuel Dupuy, Séverine Garnier et Jean-Charles Hoffelé élisent la version de référence du King Arthur d'Henry Purcell.

Quelle est la meilleure version du King Arthur d'Henry Purcell ?
King Arthur, © peinture (détail) de Charles Ernest Butler - DP

Réécouter l'émission : La tribune des critiques de disques du dimanche 27 novembre 2016

Participez

Votez pour votre version préférée ci-dessous et envoyez-nous vos commentaires pour enter de gagner des disques.

Compte-rendu

Beaucoup ont découvert le Roi Arthur grâce à Arthur Deller, mais 40 ans plus tard, cette suite de tableaux pompeux a bien vieilli, et manque de vie, de mystère, de théâtre, tout simplement.

William Christie et ses Arts Florissants offrent un Purcell de caractère, avec ce qu’il faut de drame, de comédie et de moyens musicaux. Mais on frôle ça et là l’excès, comme cet Air du Froid au pathos trop marqué. Dommage pour le Fairest Isle de Véronique Gens.

La version historique d’Anthony Lewis ne parvient pas à cacher son âge. De style, elle a vieilli, c’est sur. Mais l’esprit y est et nous voici entrainés dans une épopée flamboyante, avec chromos et trompettes (romantiques). L’équipe est divisée.

Un geste large, puissant, des tableaux descriptifs mais ronflants et comme vus de loin : Hervé Niquet ne perd pas de temps et enchaine avec une fougue dévastatrice les tableaux du semi opéra. Pour un Air du Froid accompli, trop d’airs et de scènes pâtissent de cette allure et de ce lissage généralisé.

Pourquoi John Eliot Gardiner et ses troupes réussissent-ils si bien certains moments et en ratent totalement d’autres ? L’appel à la guerre, trop joli, manque de hargne, le Génie du Froid d’ampleur, alors que la Fairest Isle enchante. Tout cela mis bout à bout, on reste sur sa faim.

Pour la seule et miraculeuse Fairest Isle de Nancy Argenta, on se damnerait ! Or il y a aussi une scène paysanne déjantée, un air guerrier martial à souhait, et un Génie du Froid qui fait trembler. Et puis la direction colorée de Pinnock rend sa vérité et son foisonnement à la mosaïque fantastique de King Arthur. Hip hip hip ? Hourra !

Palmarès

N°1
Version D

The English Concert & Choir, dir. Trevor Pinnock
(Archiv, 1991)

Version D - Trevor Pinnock
Version D - Trevor Pinnock, © label Archiv

N°2
Version F

Monteverdi Choir, English Baroque Soloists, dir. John Eliot Gardiner
(Erato, 1983)

Version F - J E Gardiner
Version F - J E Gardiner, © label Erato

N°3
Version B

Le Concert Spirituel, dir. Hervé Niquet
(Glossa, 2003)

Version B - Hervé Niquet
Version B - Hervé Niquet, © label Glossa

N°4
Version E

St. Anthony Singers, London Philomusica, dir. Anthony Lewis
(Decca, 1958)

Version E - Anthony Lewis
Version E - Anthony Lewis, © label Decca

N°5
Version C

Les Arts Florissants, dir. William Christie
(Erato, 1995)

Version C - William Christie
Version C - William Christie, © label Erato

N°6
Version A

Deller Consort & Choir, The King’s Musick, dir. Alfred Deller
(HM, 1978)

Version A - Alfred Deller
Version A - Alfred Deller, © label HM

Sur le même thème :