Quelle est la meilleure version du Concerto pour orchestre de Bartok ?

Jérémie Cahen, Sarah Léon et Christian Merlin élisent la version de référence du Concerto pour orchestre de Bela Bartok.

Quelle est la meilleure version du Concerto pour orchestre de Bartok ?
Bela Bartok (entre 1935 et 1945), © Getty / Keystone-France

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 27 mai 2018.

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

compte-rendu:

Cordes atones, flûtes noyées, trompettes en retrait : l’Orchestre symphonique de Chicago, sous la direction étrangement molle de Fritz Reiner, donne un Concerto pour orchestre gris et ennuyeux. Une déception à la hauteur de la surprise.

Le Bartók de Leonard Bernstein manque d’unité et de contrastes, les phrasés, décousus, se traînent, et les pupitres ne sont pas assez définis : ce Concerto pour orchestre sans mystère en pâtit.

Tranchant, tragique, méchant même : Georg Solti évacue toute ambivalence du Concerto, dont il livre une version uniment urgente et véhémente. Certes le geste accentue la modernité acérée de l’écriture, mais cette option est bien réductrice.

La vie est là, le naturel aussi, et avec eux, un déploiement de timbres virtuoses (Cleveland) et un chef à poigne (George Szell) qui galvanise le discours : on admire le sens de l’architecture, la lisibilité des plans sonores et l’énergie sans faille. Aussi quelle idée saugrenue de sacrifier sans prévenir la moitié du final !

Retour en terre magyar : le Concerto pour orchestre de Zoltán Kocsis est pure ivresse rythmique, dansant, bondissant, chantant à tue-tête. Avec ses timbres typés, l’Orchestre symphonique de l'État hongrois restitue un Bartók saturé de couleurs – la version emporte largement l’adhésion du public.

Pierre Boulez et l’Orchestre de Chicago optent pour un Bartók plus lisse mais diablement efficace, avec des tensions palpables et un sens habile de la dramaturgie. Si certaines aspérités ont disparu, le brio des bois et des cuivres laisse pantois, tout comme l’art de l’enchaînement des séquences : a-t-on entendu final plus incendiaire ? C’est la lecture idéale pour découvrir le Concerto pour orchestre.

palmarès:

N°1   Version B
Chicago Symphony Orchestra, dir. Pierre Boulez (DG, 1992)

Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Pierre Boulez
Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Pierre Boulez, © CD HM

N°2   Version C
Orchestre symphonique de l'État hongrois, dir. Zoltán Kocsis (Hungaroton, 2002)  

Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Zoltan Kocsis
Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Zoltan Kocsis, © CD Hungaroton

N°3   Version F
Cleveland Orchestra, dir. George Szell (Sony, 1965)

Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par George Szell
Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par George Szell, © CD Sony

N°4   Version D
London Symphony Orchestra, dir. Georg Solti (Decca, 1965)

Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Georg Solti
Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Georg Solti, © CD Decca

N°5   Version E
New York Philharmonic, dir. Leonard Bernstein (Sony, 1959) 

Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Leonard Bernstein
Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Leonard Bernstein, © CD Sony

N°6   Version A
Chicago Symphony Orchestra, dir. Fritz Reiner (RCA, 1955)

Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Fritz Reiner
Concerto pour orchestre de Bela Bartok dirigé par Fritz Reiner, © CD RCA