Quelle est la meilleure version des "Variations Goldberg" de Jean Sébastien Bach ?

Elsa Fottorino, Alain Lompech et Philippe Venturini élisent la version de référence des "Variations Goldberg" de Jean Sébastien Bach.

Quelle est la meilleure version des "Variations Goldberg" de Jean Sébastien Bach ?
Jean-Sébastien Bach , © Elias Gottlob Haussmann

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques de dimanche 1er octobre 2017

Participez

Votez ci-dessous pour votre version préférée.
Laissez un commentaire
et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

Seules ont été prise en compte les versions pour piano enregistrées au cours des 30 dernières années.

compte-rendu:

Solennel, pesant et comme ânonné, le Bach d’Evgeni Koroliov suscite un rejet unanime. Guère envie de s’attarder en compagnie de ces Goldberg bien sérieuses.

Sous les doigts d’Igor Levit, l’aria est précautionneuse : il lui manque la flamme, le plaisir et quelque chose de pâle et de doctoral se dégage de cette interprétation au toucher certes soyeux, mais dénuée d’éclat et de profondeur. Déception.

Une certaine évidence s’impose dès les premières mesures, grâce au joli galbe de la phrase et un soleil illuminant la première variation. Pourtant Ekaterina Dershavina échoue à caractériser la seconde partie, privée d’allégresse. Et le son de ce piano, décidément, ne séduit guère.

Vladimir Feltsman bouscule, déboussole… irrite, mais vous oblige à écouter. Ses Variations Goldberg, avec leurs aigus cliquetants et saturés, versent volontiers dans le loufoque : mille idées par mesure à défaut d’une véritable idée maîtresse qui donnerait corps et cohérence à l’ensemble. Intéressant tout de même.

Nous voici plongés dans le luxe d’un piano sculptural, dont l’opulence dessert peut-être la lisibilité de la polyphonie. Mais comme Murray Perahia sait faire chanter son Bach, lui insuffler chaleur, souplesse, esprit, caractère ! Les Goldberg d’un fin narrateur, portées par une implacable dramaturgie.

L’équilibre, l’humanité face au texte, le naturel du discours, et, surtout, toute la lumière des Goldberg, leurs murmures, leurs traits virevoltants, leur poésie funambulesque : Zhu Xiao-Mei raconte, danse, déclame le chef-d’œuvre de Bach avec une fluidité, une sérénité et une élégance qui semblent faire le tour de la question. La référence moderne ?

palmarès:

N°1
Version F

Zhu Xiao-Mei (Mirare, 1990)

Variations Goldberg par Zhu Xiao-Mei
Variations Goldberg par Zhu Xiao-Mei, © CD Mirare

N°2
Version C

Murray Perahia (Sony, 2000)

Variations Goldberg par Murray Perahia
Variations Goldberg par Murray Perahia, © CD Sony

N°3
Version D

Vladimir Feltsman (Music Masters, 1991)

Variations Goldberg par Vladimir Feltsman
Variations Goldberg par Vladimir Feltsman, © CD Music Master

N°4
Version E

Ekaterina Dershavina (Arte Nova, 1994)

Variations Goldberg par Ekaterina Feltsman
Variations Goldberg par Ekaterina Feltsman, © CD Arte Nova

N°5
Version B

Igor Levit (Sony, 2015)

Variations Goldberg par Igor Levit
Variations Goldberg par Igor Levit, © CD Sony

N°6
Version A

Evgeni Koroliov (Hänssler, 1999)

Variations Goldberg par Evgeni Koroliov
Variations Goldberg par Evgeni Koroliov, © CD Hänssler