Quelle est la meilleure version des Pins de Rome, d'Ottorino Respighi ?

Emmanuelle Giuliani (La Croix), Jean-Charles Hoffelé (Diapason, L’Avant-Scène Opéra) et Eric Taver (Classica, l’Etudiant) élisent la version de référence des Pins de Rome d’Ottorino Respighi.

Compte-rendu de La Tribune des critiques de disques du 16 novembre 2014

Ce fut une de ses œuvres fétiches, enregistrée à trois reprises, mais Lorin Maazel peine à convaincre dès sa première version des Pins de Rome : du désordre, des désaccords, peu de tension et bien trop de prudence.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L’esprit sérieux d’Ivan Kertesz se traduit, lui, par une direction marcato sans discontinuer : pas inintéressant mais un rien aseptisé.

Riccardo Muti divise : vulgaire et complaisant pour les uns dans sa culture d’un son opulent, il sait, pour les autres, faire chanter cette musique et créer un climat morbide à l’approche des Catacombes ; ce sera donc insuffisant.

Seiji Ozawa et les musiciens de Boston assument un premier degré virtuose : précise, cette version très factuelle pêche pourtant par un déficit de mystère et de mystique, lorsque les rondes populaires de la Villa Borghèse s’arrêtent subitement superbe chant de rossignol quand même !

Si les pupitres de l’Orchestre de Bournemouth n’ont pas l’éclat de ceux de Boston ou Philadelphie, quelle réalisation que celle de Constantin Silvestri ! De l’insolence, de la subtilité, de la discipline, et au Janicule, une clarinette solo poignante. Quant à la remontée de la Voie Appienne, elle terrifie, avec son crescendo mené à la schlague : tous aux abris !

L’implacable Fritz Reiner dirige un Orchestre de Chicago luxuriant et se jette dans une lecture 3D avec fougue et un sens de l’espace magistral : que de couleurs et de profondeur ! Perpétuellement contrastés, les épisodes ménagent des visions panoramiques, des gros plans, une vie et des dialogues permanents. On est étourdi. Bravo !

Participez

Votez ci-dessous pour votre version préférée,
laissez vos commentaires et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

Pour afficher ce contenu Qualifio, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Paramétrer les cookies

Palmarès

N°1
Version B
Chicago Symphony Orchestra, dir. Fritz Reiner (RCA, 1959)

N°2
Version E
Bournemouth Symphony Orchestra, dir. Constantin Silvestri (BBC Music, 1967)

N°3
Version A
Boston Symphony Orchestra, dir. Seiji Ozawa (DG, 1979)

N°4
Version F
Philadelphia Orchestra, dir. Riccardo Muti (EMI, 1984)

N°5
Version D
London Symphony Orchestra, dir. Ivan Kertesz (Decca, 1968)

N°6
Version C
Orchestre Philharmonique de Berlin, dir. Lorin Maazel (Deutsche Grammophon, 1958)

Sur le même thème