Quelle est la meilleure version de la Suite pour violoncelle n°2 de Johann Sebastian Bach ?

Emmanuelle Giuliani, Christian Merlin et Philippe Venturini élisent la version de référence de la Deuxième Suite pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach.

Quelle est la meilleure version de la Suite pour violoncelle n°2 de Johann Sebastian Bach ?
Violoncelle seul

(ré)écouter l'émission : La tribune des critiques de disques du dimanche 18 décembre 2016

Participez

Votez pour votre version préférée et envoyez-nous vos commentaires pour tenter de gagner des disques.

Compte-rendu

L’esprit n’y est pas. Pas plus que le goût pour ce violoncelle à l’aigu ostentatoire et aux graves engorgés. Le jeu constant sur les dynamiques fatigue, et Mischa Maisky est jugé maniéré et démonstratif. Rideau.

Il fut un pionner de l’interprétation baroque, mais les lacunes techniques et quelques écarts de justesse sautent aujourd’hui aux oreilles. Dans le jeu sans vibrato d’Anner Bylsma, on peut certes entendre une forme d’équilibre et une recherche d’humanité, mais toutes ces intentions ne peuvent masquer un son bien déplaisant.

Pierre Fournier se situe à l’autre bout du spectre et reste le tenant de la grande tradition « romantique » d’interprétation, avec une noblesse de ton et un grain instrumental fabuleux, coulés dans un legato de velours : posés sur le souffle, Prélude et Sarabande subjuguent. Mais sans doute manque-t-il des contrastes, et derrière cette grande ligne continue, une vie et une pulsation plus affirmées ; à ce titre la Courante rate son effet.

Le violoncelle de Bruno Cocset se pare de couleurs terriennes, rocailleuses parfois, tandis que le musicien offre une démonstration efficace de rhétorique baroque. Le Prélude affiche une belle variété d’accents, la Courante célèbre l’esprit de la danse, mais la Gigue manque d’énergie… La monotonie l’emporterait-elle ?

Par ses élans grisants, son éventail d’attaques, de couleurs et sa profondeur méditative (la Sarabande !), Pieter Wispelwey créé en permanence la surprise et renouvelle notre écoute de la Suite. L’archet ailé apporte esprit et plénitude à la Courante et la Gigue, comme un appel au ciel : c’est magnifique.

Noblesse, tendresse, hauteur de vue et virtuosité souveraine : rien n’est trop beau pour le Bach de Jean-Guihen Queyras, archet vibrant et phrasés solaires. Prélude et Sarabande jouent la carte d’un lyrisme recueilli, Courante et Gigue crépitent dans un sentiment d’allégresse. Voici la grande version moderne.

Palmarès

N°1
Version E

Jean-Guihen Queyras (HM, 2007)

CD Suites de Bach par Jean-Guihen Queyras
CD Suites de Bach par Jean-Guihen Queyras, © © HM

N°2
Version D

Pieter Wispelwey (Channel Classics, 1998)

CD Suites de Bach par Pieter Wispelwey
CD Suites de Bach par Pieter Wispelwey, © © Channel Classics

N°3
Version B

Bruno Cocset (Alpha, 2001)

CD Suites pour violoncelle de Bach par Bruno Cocset
CD Suites pour violoncelle de Bach par Bruno Cocset, © © Alpha

N°4
Version A

Pierre Fournier (Archiv, 1960)

CD Suite pour violoncelle de Bach par Pierre Fournier
CD Suite pour violoncelle de Bach par Pierre Fournier, © © Archiv

N°5
Version F

Anner Bylsma (Sony, 1992)

CD Suites pour violoncelle de Bach par Anner Bylsma
CD Suites pour violoncelle de Bach par Anner Bylsma, © © Sony

N°6
Version C

Mischa Maisky (DG, 1999)

CD Suites pour violoncelle de Bach par Mischa Maisky
CD Suites pour violoncelle de Bach par Mischa Maisky, © © DG

Sur le même thème :