Quelle est la meilleure version de la Sonate pour piano et violon de César Franck ?

Jérôme Bastianelli, Emmanuelle Giuliani et Alain Lompech élisent la version de référence de la Sonate pour piano et violon de César Franck.

Quelle est la meilleure version de la Sonate pour piano et violon de César Franck ?
César Franck, © Getty / Print Collector / Hulton Archive

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 10 juin 2018.

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagnez le disque France Musique de la semaine.

Compte-rendu :

LaSonate pour violon et pianode Franck

Seuls ont été pris en compte les enregistrements des 10 dernières années.

Un Franck résigné, brumeux, avec ce qu’il faut de langueur et de mélancolie… et c’est bien tout. Tedi Papavrami et Nelson Goerner versent dans la monotonie, comme contents d’être tristes.

Vadim Repin et Nikolai Lugansky veulent une Sonate claire, solaire, volontaire. Ils la font surtout dure, morcelée, tirant à hue et à dia et avare en émotions. Avec ce violon batailleur et ce piano mécanique, sommes-nous encore chez César Franck ?

Que de paradoxes chez Joshua Bell, alternant effets racoleurs et pudeurs de chattemite ! Pianiste mal inspiré, Jeremy Denk est désavantagé par cette voix soliste – il manque à leur Sonate des climats et une pulsation, tout simplement.

On ne peut pas dire que James Ehnes et Andrew Armstrong soient déshonorants ; cette Sonate sonne avec élan, générosité, et l’effort d’équilibre est louable. Mais ça ne raconte pas grand-chose : on est privé du charme, de l’intensité et des beautés envoûtantes de la musique.

Imaginez un violon vif-argent qui sait murmurer puis s’élancer avec éloquence, assorti d’un piano d’époque, timbre doux et graves flûtés, qui traduit toute l’ampleur du spectre harmonique de la musique : on obtient la version de poète, merveilleuse de naturel, d’Isabelle Faust et Alexander Melnikov, qui rend toute sa liberté, son bouillonnement et sa fluidité à la Sonate de Franck – comme si les deux artistes l’inventaient à mesure qu’ils la jouaient.

Quelle complicité ! Renaud Capuçon et Khatia Buniatishvili sont deux musiciens suprêmement doués, dont la noblesse serait la vertu première : ils nous plongent dans un lyrisme à fleur de peau, assument un romantisme fougueux, sauvage même (le second mouvement !), sans jamais outrepasser les limites du bon goût. Ils signent la version moderne idéale pour (re)découvrir le chef-d’œuvre de César Franck.

Palmarès :

N°1   Version E
Renaud Capuçon, Khatia Buniatishvili (Erato, 2014)

Erato - 2014
Erato - 2014

N°2   Version C
Isabelle Faust, Alexander Melnikov (HM, 2017)

HM - 2017
HM - 2017

N°3   Version B
James Ehnes, Andrew Armstrong (Onyx, 2014)

Onyx - 2014
Onyx - 2014

N°4   Version D
Joshua Bell, Jeremy Denk (Sony, 2011)

Sony - 2011
Sony - 2011

N°5   Version F
Vadim Repin, Nikolai Lugansky (DG, 2010)

DG - 2010
DG - 2010

N°6   Version A
Tedi Papavrami, Nelson Goerner (Alpha, 2016)

Alpha - 2016
Alpha - 2016