Quelle est la meilleure version de la Sonate n°59 de Joseph Haydn ?

Jérôme Bastianelli, Stéphane Friédérich et Elsa Fottorino élisent la version de référence de la 59e Sonate de Joseph Haydn.

Quelle est la meilleure version de la Sonate n°59 de Joseph Haydn ?
Joseph Hadn, © peinture de Thomas Hardy (détail) - DP

(ré)Ecouter l'émission : La tribune des critiques de disques du dimanche 04 décembre 2016

Participez

Votez pour votre version préférée ci-dessous et envoyez-nous vos commentaires pour tenter de gagner des disques.

Compte rendu

Desservis par une prise de son étouffante, le toucher et les phrasés de Catherine Collard peinent à maintenir l’intérêt : aucune aspérité, beaucoup trop de sagesse… une jolie mécanique, en somme.

Le pianoforte, pourquoi pas ? Mais à quoi bon user de telles couleurs si c’est pour cogner sur son instrument ? Et Andreas Staier, malgré un beau nuancier, verse dans la brutalité. Haydn au goût de jadis… ou au marteau-piqueur ?

Glenn Gould ne ressemble à aucun autre : ce sont les avantages et les inconvénients. Son jeu sur les attaques, les rythmes, cette main gauche si complice et son art d’éclairer la polyphonie n’ont pas leur pareil. Mais où sont le chant, l’émotion ? Le Canadien semble battre son piano et tordre les lignes de la mélodie, un peu comme on observerait une sonate classique dans un miroir brisé. Un Haydn cubiste ?

Inclassable András Schiff ! Fin narrateur, il se lance, sur un tempo lent, dans une lecture savante, hélas pas avare d’effets calculés : trop cérébral, l’Adagio e cantabile n’est plus cette confidence murmurée. Pourtant on reste impressionné par la maitrise stylistique et l’architecture si construite.

Des trilles, des mordants, des guirlandes de petites notes qui renouvellent constamment le discours : que de surprises chez papa Haydn ! Jean-Efflam Bavouzet s’amuse et nous emporte dans une interprétation foisonnante. Laquelle devient si brillante qu’une pointe de distance s’instaure dans ce voyage, où l’on aimerait davantage de parler-vrai et de tendresse.

Un piano impérial, romantique, très émouvant dans la conduite des phrasés : Alfred Brendel y va d’abord avec pudeur et prudence, puis livre un Adagio à fleur de peau, encadré de deux mouvements exquis, naturels, lumineux, prodigieux d’équilibre. La version maitresse.

Palmarès

Haydn : Sonate n°59

Album 11 sonates pour piano de Haydn par Alfred Brendel
Album 11 sonates pour piano de Haydn par Alfred Brendel, © Philips

N°1
Version A
Alfred Brendel (Philips, 1979)

Album Sonates et Fantaisies pour piano de Haydn par Jean-Efflam Bavouzet
Album Sonates et Fantaisies pour piano de Haydn par Jean-Efflam Bavouzet

N°2
Version B
Jean-Efflam Bavouzet (Harmonic Records, 1991)

Andras Schiff
Andras Schiff

N°3
Version F
András Schiff (Teldec, 1997)

Haydn - Glenn Gould
Haydn - Glenn Gould

N°4
Version D
Glenn Gould (Sony, 1981)

Andreas Staier
Andreas Staier

N°5
Version E
Andreas Staier (DHM, 1989)

Catherine Collard
Catherine Collard

N°6
Version C
Catherine Collard (Lyrinx, 1988)

Sur le même thème :