Quelle est la meilleure version de la 40e Symphonie de Mozart ?

Sophie Bourdais, Chantal Cazaux et Christian Merlin élisent la version de référence de la 40e Symphonie de Mozart.

Quelle est la meilleure version de la 40e Symphonie de Mozart ?
Wolfgang Amadeus Mozart (détail), © Getty / DEA / A DAGLI ORTI / Coll. De Agostini

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 15 avril 2018.

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

compte-rendu:

Seules ont été prises en compte les versions des trente dernières années.

Un Mozart léger, agile, mais sans palpitation ni nécessité intérieure : on se lasse rapidement de la Quarantième de Trevor Pinnock.

Quelle façon d’expédier le premier mouvement ! Jos van Immerseel et Anima Eterna confondent vigueur et précipitation, et leur Mozart vire à la sécheresse, après un second mouvement essoufflé et totalement inexpressif.

C’est une machine bien huilée qui ronronne sans histoire ; pourtant on aimerait des reliefs et des surprises au lieu de cette mise en place si propre sur elle. Charles Mackerras et le Scottish Chamber Orchestra donnent une symphonie besogneuse.

Attention, dérangeant ! Nikolaus Harnoncourt, à la tête du Concentus Musicus, fait rugir la face noire de Mozart, y mettant de la rage, de la méchanceté, de l’agressivité même. Cette Quarantième explosive et inconfortable met mal à l’aise, énerve aussi, tant les arêtes sont à vif.

On est séduit et touché par l’évidence de la lecture de Frans Brüggen : avec ses cordes caméléon, ses graves tour à tour ronds ou râpeux, l’Orchestre du XVIIIe siècle vit, chante, sait nouer le drame, et, noble et humain, dessine une Quarantième picturale, crépusculaire – tant pis si le Menuet est surtout décoratif.

On ne dira jamais assez le bonheur d’entendre un Mozart bien d’aujourd’hui, joué par un orchestre symphonique moderne qui a retenu la leçon des baroqueux en termes d’articulation et d’allègement de la pâte sonore. Simon Rattle et les Berlinois allient fièvre, allant, chaleur, alacrité, élégance, combattivité : le chef-d’œuvre dans un rare déploiement de couleurs et d’émotions.

palmarès:

N°1   Version B
Orchestre Philharmonique de Berlin, dir. Simon Rattle (BPR 2013)

Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Simon Rattle
Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Simon Rattle, © CD BPR

N°2   Version F
Orchestre du XVIIIe siècle, dir. Frans Brüggen (Philips, 1991)

Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Frans Brüggen
Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Frans Brüggen, © CD Philips

N°3   Version D
Concentus Musicus Wien, dir. Nikolaus Harnoncourt (Sony 2013)

Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Nikolaus Harnoncourt
Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Nikolaus Harnoncourt, © CD Sony

N°4   Version E
Orchestre de chambre d'Ecosse, dir. Charles Mackerras (Linn 2007)

Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Charles Mackerras
Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Charles Mackerras, © CD Linn

N°5   Version C
Anima Eterna, dir. Jos van Immerseel (ZZT 2002)

Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Jos van Immerseel
Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Jos van Immerseel, © CD ZZT

N°6
Version A
The English Concert, dir. Trevor Pinnock (Archiv 1994)

Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Trevor Pinnock
Symphonie n°40 de Mozart dirigée par Trevor Pinnock, © CD Archiv