Quelle est la meilleure version d'Un Requiem allemand de Brahms ?

Sophie Bourdais, Piotr Kaminski et Christian Merlin élisent la version de référence du Requiem Allemand de Johannes Brahms.

Quelle est la meilleure version d'Un Requiem allemand de Brahms ?
Johannes Brahms, © Getty / Fine Art Images / Heritage Images

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques du dimanche 17 décembre 2017

participez:

Votez ci-dessous pour votre version préférée
Laissez un commentaire et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine

compte-rendu:

A quoi rime ce flou ? Orchestre statique, chœur aux abonnés absents : Herbert von Karajan dilue le Requiem allemand dans un sirop d’inexpressivité. Tant pis pour sa soliste d’exception.

La sonorité de la Philharmonie de Vienne est inquiète et le style assez sévère de Nikolaus Harnoncourt, générant tension, force l’écoute. Mais cette manie de marquer systématiquement le premier temps, de chercher le détail pour le détail désarçonne, et on ne sait plus trop où cette lecture nous mène.

Les superbes dégradés aux cordes obtenus par Claudio Abbado laissent augurer une version très plastique, riche en couleurs et dynamiques : c’est Berlin en gloire ! Le problème vient plutôt du chœur, englué dans un brouillard verbal, à l’image de la soprano Cheryl Studer, vibrato prononcé, qui n’exprime rien. Une version hélas trop impersonnelle.

L’orchestre est concentré, massif, et si le chœur souffre d’un manque d’homogénéité, Mariss Jansons sait faire croître la tension, avec un crescendo mené de main de maître dans le second mouvement. Pourtant en dépit de deux solistes irréprochables, on reste dans une interprétation polie, un juste milieu qui manquera d’engagement.

Que n’a-t-on dit du Requiem allemand d’Otto Klemperer, gravé il y a 55 ans ! C’est toujours la même forteresse métaphysique, une architecture taillée dans le roc, sûre du salut final. Flanqué d’un chœur à l’allemand peu idiomatique, le Philharmonia, très wagnérien, tend les bras à deux solistes légendaires, Elisabeth Schwarzkopf et Dietrich Fischer-Dieskau, orateurs descendus des cieux dont chaque mot est message, chaque note couleur. À l’unisson avec Klemperer le bâtisseur.

Philippe Herreweghe ne cherche pas à obscurcir le discours de Brahms, il livre avec humilité et simplicité un Requiem humain et universel. Le chœur, exceptionnel de clarté et d’éloquence, respire avec un Orchestre de la Chapelle Royale tour à tour lumineux et foudroyant, exalté par la ferveur du chef. S’y épanouissent Christiane Oelze et Gerald Finley, formidables diseurs, d’un rayonnement qui va droit au cœur. Bravo !

palmarès:

N°1
Version D

Christiane Oelze, Gerald Finley, La Chapelle Royale, Collegium Vocale, dir. Philippe Herreweghe (HM, 1996)

Le Requiem allemand de Brahms par Philippe Herreweghe
Le Requiem allemand de Brahms par Philippe Herreweghe, © CD HM

N°2
Version E

Elisabeth Schwarzkopf, Dietrich Fischer-Dieskau, Chœur et Orchestre Philharmonia, dir. Otto Klemperer (Warner, 1962)

Le Requiem allemand de Brahms par Otto Klemperer
Le Requiem allemand de Brahms par Otto Klemperer, © CD Warner

N°3
Version F

Genia Kühmeier, Gerald Finley, Chœurs de la Radio néerlandaise, Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, dir. Mariss Jansons (RCO, 2012)

Le Requiem allemand de Brahms par Mariss Jansons
Le Requiem allemand de Brahms par Mariss Jansons, © CD RCO

N°4
Version A

Cheryl Studer, Andreas Schmidt, Chœur Eric-Ericson, Orchestre Philharmonique de Berlin, dir. Claudio Abbado (DG, 1992)

Le Requiem allemand de Brahms par Claudio Abbado
Le Requiem allemand de Brahms par Claudio Abbado, © CD DG

N°5
Version C

Genia Kühmeier, Thomas Hampson, Chœur Arnold Schönberg, Orchestre Philharmonique de Vienne, dir. Nikolaus Harnoncourt (RCA, 2007)

Le Requiem allemand de Brahms par Nikolaus Harnoncourt
Le Requiem allemand de Brahms par Nikolaus Harnoncourt, © CD RCA

N°6
Version B

Gundula Janowitz, Eberhard Waechter, Chœur du Singverein de Vienne, Orchestre Philharmonique de Berlin, dir. Herbert von Karajan (DG, 1964)

Le Requiem allemand de Brahms par Herbert von Karajan
Le Requiem allemand de Brahms par Herbert von Karajan, © CD DG