Pablo Casals, violoncelliste engagé

Pablo Casals est né le 29 décembre 1876 en Catalogne, il y a exactement 141 ans. Entre associations musicales et opposition passive à Franco, Casals s'est définitivement inscrit au panthéon des grands violoncellistes.

Pablo Casals, violoncelliste engagé
Pablo Casals en 1967, © Getty / Erika Stone / Contributeur

Si Msislav Rostropovitch a marqué la seconde moitié du XXème siècle, c'est Pablo Casals qui a régné sur la première (et pas mal sur la seconde aussi). Né en Catalogne le 29 décembre 1876, il découvre le violoncelle à 5 ans et entre à l'école municipale de musique de Barcelone à 17 ans. Trois ans plus tard, il y est nommé professeur. Il joue devant la reine Victoria en 1899 et s'installe à Paris l'année suivante. En 1905, il fonde un trio légendaire avec le violoniste Jacques Thibaud et le pianiste Alfred Cortot.

Pablo Casals approche de la quarantaine lorsqu'il entre pour la première fois dans un studio d'enregistrement. Ses premiers disques sont enregistrés vers 1915, aux États-Unis, et publiés sous étiquettes Columbia. Le Kol Nidrei de Max Bruch fait partie des morceaux édités. La compagnie Victor lui fera aussi graver quelques disques. Il joue pour la première fois au Met à la même époque. Il fait également la connaissance du violoniste Eugène Ysaÿe, avec qui il donne des concerts à Saint-Pétersbourg. Ce n'est qu'en 1950 qu'il enregistre des disques en tant que chef. En 1919, il met sur pied un orchestre qui porte son nom et dans lequel son frère est premier violon.

L'accession de Franco au pouvoir donne un coup de frein à la carrière de Pablo Casals, il ne tarde pas à se réfugier à Prades, dans les Pyrénées-Orientales. Mais son argent est bloqué en Espagne et il doit alors vivre modestement.

Engagé contre les dictatures

Quelques mois après la Révolution d'Octobre, il avait refusé de retourner en Russie. À partir de 1933, l'Allemagne ne fait également plus partie de ses destinations. Puis en 1939, Pablo Casals quitte son pays natal et traverse les Pyrénées pour un exil à durée indéterminée. Affecté, il se tient éloigné du milieu musical pendant quelques années. C'est à Prades, sa ville d'adoption, qu'il crée en 1950 le festival qui porte aujourd'hui encore son nom. Grâce à cet habitant de marque, la ville devient un haut-lieu international de la musique.

Les années 1950 voient le retour du musicien sur la scène internationale. Les frontières espagnoles lui sont toujours fermées, mais il se remet à voyager. En 1958, il prononce un discours et donne un concert mémorable aux Nations Unies.

L'institution lui décernera une médaille pour la Paix en 1971. Deux ans plus tard, âgé de 96 ans, Pablo Casals meurt à Porto Rico, où il s'était installé. Sa dépouille ne sera transférée en Espagne qu'en 1979, après la fin de la période franquiste. Sa disparation permet la diffusion de ses propres compositions, dont il avait interdit la publication de son vivant. Elles comprennent environ 75 œuvres, dont des pièces pour piano, des sardanes, de la musique vocale...composées sur une période qui couvre près de 80 ans.