" Musiquer " de Christopher Small - Sélection du Prix France Musique des Muses 2020

Sélectionné pour le Prix France Musique des Muses 2020 " Musiquer : Le sens de l’expérience musicale " de Christopher Small est édité à la Philharmonie de Paris

" Musiquer " de Christopher Small - Sélection du Prix France Musique des Muses 2020
" Musiquer : Le sens de l’expérience musicale " de Christopher Small (Philharmonie de Paris) - Sélection du Prix France Musique des Muses 2020, © pôle vidéo - France Musique

Toutes les infos sur le prix   ici

L'auteur

Christopher Small (1927-2011) était musicien, compositeur et pédagogue. Né à Palmerston North en Nouvelle Zélande, il fit des études en zoologie avant d’étudier le piano, la composition et la direction de chœurs à l’université Victoria, à Wellington.
Small publia en 1977 Music, Society, Education, une analyse de l’histoire et des formes d’organisation de la musique classique occidentale, suivi dix ans plus tard de Music of the Common Tongue : Survival and Celebration in Afro-American, dédié à l’histoire et à la fonction des musiques africaines-américaines. À partir d’une démarche comparative, il porte dans ces deux livres une attention particulière à l’expérience de la musique et à sa signification rituelle, sociale, politique et pédagogique.

Le Livre 

« La musique n’est pas du tout une chose, mais une activité », nous dit Christopher Small. S’il préfère utiliser le verbe « musiquer » plutôt que jouer ou écouter de la musique, c’est qu’il veut libérer l’analyse de l’expérience musicale de la tyrannie de l’œuvre. Celle-ci est au service de la performance, non l’inverse. De la composition à l’écoute, à la danse ou au fredonnement solitaire, en passant par l’histoire, les institutions et les espaces de la vie musicale, Small part à la chasse de tout ce qui dote la musique de significations sans cesse renouvelées.

  • Quelle a été la place de cet ouvrage dans sa carrière ?

Les deux premiers ouvrages de Christopher Small eurent une influence retentissante, aussi bien auprès d’élèves et d’étudiants en musique que de figures qui allaient contribuer à l’éclosion de la new musicology, telles que Susan McClary et son mari Robert Walser. Ce sont ces derniers qui les rééditèrent aux presses universitaires de Wesleyan, et qui poussèrent Small à tirer de ses nombreuses notes son troisième et dernier livre, Musicking, publié en 1998.

  • Qu’avez-vous chercher à montrer avec cet ouvrage 

Dans Musicking, Christopher Small part d’un dilemme personnel : la musique symphonique occidentale, avec laquelle il a grandi, qu’il a étudiée et jouée, incarne un type de « musiquer » fondamentalement contraire à l’idéal de relations auquel il aspire, comme interprète, chef de chœurs, pédagogue, auditeur ou citoyen. Tout ou presque dans le musiquer symphonique représente et perpétue un type d’ordre et de relations fondé sur une idéologie autoritaire, la sacralité de l’œuvre désincarnée, la ségrégation des compétences. Mais à travers la critique de ce « musiquer » spécifique, il ne s’agit pas de disqualifier la forme symphonique en soi, mais de prendre conscience du type de société dessinée par tel ou tel musiquer ainsi que de son historicité. L’auteur nous invite à explorer la multiplicité des relations vivantes que nous imaginons, réalisons et célébrons lorsque nous musiquons.

traduit de l'anglais par Jedediah Sklower, préface d'Antoine Hennion.