Le top 10 des "loupés" en concert de musique classique

Les Anglo-Saxons les appellent des "fail" : ce sont de petites vidéos, généralement drôles, illustrant un raté dans ce qui était prévu. Ces vidéos foisonnent sur les plateformes vidéo (Youtube, Dailymotion...), et la musique classique n'est pas épargnée !

Le top 10 des "loupés" en concert de musique classique
Robert Doisneau : Maurice Baquet et le violoncelle, circa 1950

Se filmer, caméra au front, au guidon de sa moto, dans l’espoir de propager sur Internet un exploit, et faire le tour du monde parce qu’on est tombé à l’arrêt. Espérer concurrencer ses adversaires en publiant une publicité humoristique, mais s’attirer le courroux du web parce que cette dernière est sexiste…

C’est ce qu’on appelle, plus ou moins dignement, un « loupé », équivalent francophone du « fail » anglo-saxon. Piteux successeur de la vidéo-gag, dont il ressemble parfois trait pour trait, le loupé est né de la mondialisation de la vidéo personnelle, et de son expansion sur les plateformes vidéos.

Bien qu’effet de mode, le « loupé » n’épargne pas la musique classique et on observe un foisonnement de ces vidéos, récentes ou non, correspondant à des moments de concert, ou de récital. L’erreur est humaine, comme l’accident de parcours, et il ne s’agit en aucun cas de railler ici une performance. Nous nous essayerons plutôt, avec toute l’ironie nécessaire, de mettre en situation ces loupés.

Musiciens, artistes, sachez donc que vous pourriez faire le tour du monde en vidéo quand…

Quand il est difficile de tourner la page…

Quand deux gestes valent mieux qu’un…

Quand la forme n’y est pas (mais alors vraiment pas)…

Quand, d’enthousiasme, on malmène un pupitre…

Quand ça casse, mais que ça ne passe pas…

Quand on essaye de changer de répertoire (et que ça ne passe toujours pas)…

Quand on n’a pas la forme…

Quand on est « Miss Texas », et qu’on s’essaye au piano…

Quand on veut être trop proche du public…

Quand il manque quelque chose...

Sur le même thème