Le Japon, où la musique classique est reine

Mis à jour le vendredi 08 juillet 2016 à 11h36

Le Japon semble être une exception dans le monde de la musique classique. Moins de 150 ans après son introduction dans le pays, le classique a envahi toutes les couches sociales japonaises. La société nippone apporte la preuve que la musique classique est loin d'avoir dit son dernier mot.

Le Japon, où la musique classique est reine
©GettyImage

L'appropriation de la musique classique occidentale par les Japonais pourrait être l'un des meilleurs exemples pour définir la mentalité niponne. Depuis son introduction en 1872 dans l'enseignement primaire et secondaire, le Japon a su l'accaparer, la digérer et la rendre incontournable. C'est dans ce pays où l'on vend le plus de disques de musique classique ou de partitions au monde, où la plupart des écoles possèdent leur propre orchestre ou choeur, où la capitale Tokyo compte 16 orchestres professionnels, 5 salles de concert de plus de 2 000 places à l'acoustique fabuleuse, un pays où la Neuvième symphonie de Beethoven, la "Daiku ", fait office d'hymne officieux joué dans toutes les villes de l'archipel pour célébrer la fin de l'année.

Comment ce pays si éloigné physiquement et mentalement du monde occidental a su passer du statut d'élève à celui de maître en seulement 150 ans ? Comment le Japon est passé d'un isolement total pendant deux siècles et demi à l'un des champions de la modernité et l'un des plus fervents défenseurs de la musique classique occidentale, au risque de perdre son identité et l'immense histoire de sa musique traditionnelle ?

A partir du lundi 11 juillet, sur francemusique.fr, nous vous proposons différents éclairages sur les secrets de la vitalité de la musique classique au Japon.

* Sur le même thème *