"Le cinéma populaire français et ses musiciens "-Sélection du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2021

Sélectionné pour le Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2021, "Le cinéma populaire français et ses musiciens " de Philippe Gonin & Jérôme Rossi est publié aux Editions Universitaires de Dijon

"Le cinéma populaire français et ses musiciens "-Sélection du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2021
"Le cinéma populaire français et ses musiciens " de Philippe Gonin & Jérôme Rossi (Editions Universitaires de Dijon), dans La Sélection 2021 du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel
La Sélection 2021 du Prix du Livre France-Musique Claude Samuel
La Sélection 2021 du Prix du Livre France-Musique Claude Samuel

Le livre

À l’heure où la Cinémathèque française consacre une exposition à Louis de Funès, cet ouvrage semble tomber à point pour rendre hommage à un sujet laissé pour compte par la littérature universitaire : le cinéma populaire et ses musiciens. Souvent considérés comme moins « nobles » que le cinéma d’auteur, les films mettant en vedette des acteurs populaires et destinés à un public large, n’en sont pas moins des œuvres qui méritent de retenir l’attention. De Misraki à François de Roubaix, en passant par Michel Polnareff, -M-, Georges Van Parys ou Raymond Lefèvre, les musiciens ont su, pour des films qui rencontrèrent fréquemment la faveur du public, composer des bandes originales alliant mélodies impérissables et partitions plus exigeantes, expérimentales parfois. C’est à ces musiciens, à ces films que se consacre cet ouvrage collectif, fruit d’un colloque dont l’invité vedette fut Vladimir Cosma.

Les auteurs

Guitariste, arrangeur, Philippe Gonin est maître de conférences en musicologie à l’université de Bourgogne.
Ses travaux portent sur le rock des années 1960 à 1980 et s’intéressent en particulier au processus de création et à la question du statut de l’œuvre musicale rock ainsi que sur les relations entre musique et cinéma.
Jérôme Rossi est maître de conférences en musicologie à l’université de Nantes. Il est spécialiste de la musique anglaise de la première moitié du XXe siècle. Ses travaux s’orientent aussi vers les liens qui unissent musique et cinéma. Il compose régulièrement des musiques pour le cinéma et la télévision

  • Quelle est la place de cet ouvrage dans votre carrière ?

Jérôme Rossi : Après m’être intéressé à la musique postromantique anglaise (mon livre sur le compositeur Frederick Delius intitulé Delius : une célébration de la vie avait obtenu le Prix des muses de la monographie en 2011), Le Cinéma populaire français et ses musiciens est le troisième ouvrage collectif que je publie sur la musique de film après La Musique de film en France : courants, spécificités, évolutions (Symétrie, 2016) et Du concert à l’écran: la musique classique au cinéma (P.U.R, 2018). 

Philippe Gonin : C’est surtout autour du rock que tournent mes ouvrages, puisque j'ai écrit plusieurs ouvrages sur Pink Floyd, Magma ou Serge Gainsbourg. Mais après une thèse, soutenue en 1998, consacrée à Paul Le Flem et la musique française, c’est tout naturellement que j'ai parallèlement poursuivi dans cette voie, en me dirigeant plus spécifiquement vers des compositeurs dont la majeure partie de l’œuvre est tournée vers le cinéma français tels Antoine Duhamel ou Paul Misraki. En 2019, j''organise l’exposition Paul Misraki, Du jazz à l’écran, et un colloque sur le cinéma populaire en France. Le Cinéma populaire français et ses musiciens, en grande partie issu des travaux du colloque, est le premier ouvrage collectif que je dirige sur le sujet.

  • Qu’avez-vous cherché à montrer avec cet ouvrage ?

Il était temps de s’intéresser à ces formidables compositeurs que sont Paul Misraki, Georges Van Parys, François de Roubaix, Michel Magne, Michel Polnareff, Raymond Lefèvre ou Philippe Sarde. À travers quatorze études, le livre cherche à faire pénétrer le lecteur-spectateur dans les coulisses de la création musicale cinématographique afin de saisir les enjeux à la fois historique, économique et esthétique de la musique du cinéma populaire français. Il est aussi question de montrer qu’il peut exister une véritable recherche musicale dans un cinéma souvent considéré comme moins « noble » que le cinéma d’auteur.

  • Quels sont vos prochains projets ?

Jérôme Rossi : Après une quinzaine d’années où j'ai publié une trentaine d’articles sur les liens entre musique et cinéma et dirigé trois ouvrages collectifs, je m'apprête à sortir dans les prochains mois un livre consacré à l’analyse de la musique de film, présentant à la fois une histoire de la pratique analytique et des méthodologies pour parvenir à saisir la complexité des rapports entre musique et image. 

Philippe Gonin : mon dernier opus paru s’intéresse à Histoire de Melody Nelson de Serge Gainsbourg (Densité), je dirige un ouvrage collectif sur Led Zeppelin (à paraître fin 2021) et prépare pour 2022 un volume sur Paul Misraki et la Nouvelle Vague