La playlist de Frédéric Lodéon

Pour fêter les 25 ans de son émission Carrefour de Lodéon, Frédéric Lodéon partage avec nous sa playlist issue du coffret "Au Panthéon de Lodéon" sorti chez Alpha Classics.

La playlist de Frédéric Lodéon
Frédéric Lodéon lors de la soirée anniversaire des 25 ans de son émission , © Radio France / Mathieu Genon

Saint-Saëns : Introduction et Rondo capriccioso, en la mineur, op.28, par Jascha Heifetz.

Frédéric Lodéon: « Sous une apparence toujours impeccable : un tempérament de feu. Il y a les bons violonistes, les grands violonistes, et puis il y a Jascha Heifetz, l’unique. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Antonín Dvořák : Concerto pour violoncelle, par M. Rostropovitch.

Frédéric Lodéon : « Mstislav Rostropovitch, une nature exceptionnelle, une technique invraisemblable… Et avant tout, une humanité dont le violoncelle était le vibrant ambassadeur. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Frédéric Chopin : 3e scherzo, par Martha Argerich.

Frédéric Lodéon : « La panthère du piano, une virtuosité à couper le souffle, une façon de trouver dans chaque partition les accents qui la rendent encore plus captivante. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Johann Sebastian Bach : 6e concerto Brandebourgeois, par Nikolaus Harnoncourt.

Frédéric Lodéon : « Bach, génie incontestable qui surplombe l’époque baroque et les musiques des temps à venir, interprété par un pionnier de la redécouverte des auteurs anciens et plus récents. »

Jules Massenet : Werther, par Jonas Kauffman.

Frédéric Lodéon : « Le ténor romantique par excellence, séduisant, profond, une voix envoûtante et un sens aigu de l’expression dramatique. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies