La playlist classique de l’hiver

Un lied de Schubert, un opéra de Puccini ou une symphonie de Tchaïkovski : voici de quoi accompagner nos longues soirées d’hiver.

La playlist classique de l’hiver
., © Getty / Vladimir Smirnov

Sortez écharpes et bonnets ! « Winter is coming », comme le murmurent les personnages d’une célèbre série. Du 21 décembre à la fin du mois de mars, nous voilà plongés dans le froid et l’obscurité. Tandis que certains tremblent face au soudain silence de la nature, d’autres s’émerveillent devant le calme des paysages enneigés.

Retour en musique sur la plus froide (mais non moins romantique) saison de l’année…

Henry Purcell | The Fairy Queen : Next, Winter comes slowly

Créé à Londres en 1692, The Fairy Queen est l’un des plus célèbres opéras de Henry Purcell. Inspirée du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, son histoire poétique met en scène Obéron et Titania, roi et reine des fées, ainsi que les quatre Saisons. Et quand s’élève la voix profonde et grave de la basse, c’est pour annoncer que « L’hiver prochain s’installe doucement. »

Franz Schubert | Winterreise : 1.Gute Nacht

Âme romantique et mélancolique par excellence, Franz Schubert compose son Voyage d’hiver (Winterreise) au cours d'une période sombre de sa vie. Winterreise est un cycle de lieder, un voyage musical au cours duquel un étranger erre à travers l’obscurité, consolant son âme d’un chagrin amoureux. Gute Nacht ( Bonne Nuit ) ouvre ce pèlerinage hivernal.

Jean-Baptiste Lully | Isis : L’hiver qui nous tourmente

« L’hiver qui nous tourmente s’obstine à nous geler » tremblote le chœur du peuple des climats glacés au IVe acte d’Isis, tragédie lyrique de Jean-Baptiste Lully. « La neige et les glaçons nous donnent de mortels frissons. »

Antonio Vivaldi | Le quattro stagioni : L'inverno, 2. Largo

Incontournables Quatre Saisons, les quatre concertos pour violons composés au début du XVIIIe siècle par Antonio Vivaldi . Tandis que le premier mouvement Allegro de L’hiver met en garde contre le froid et le souffle du vent, le Largo est lui une invitation à l’apaisement. « Passer auprès du feu des jours calmes et contents, alors que la pluie, dehors, verse à torrents. »

Reynaldo Hahn | Hivernale

Avant dernière pièce pour piano du Rossignol éperdu, ce poème composé par Reynaldo Hahn en 1910 retranscrit la froide et calme atmosphère des jardins de Versailles pendant la période hivernale.

Piotr Ilitch Tchaïkovski | Symphonie N°1 “Rêves d’hiver”, I. Allegro tranquillo

« Rêves d’hiver » est composée par Tchaïkovski en 1866, alors qu’il vient de s’installer à Moscou. Âgé de 26 ans, il travaille avec acharnement à l’écriture de cette première symphonie, mais crises de nerfs et insomnies n'auront toutefois pas empêché la naissance de cette oeuvre, qui remportera d'ailleurs un vif succès.

Giacomo Puccini | La Bohème : Che Gelida Manina

Quoi de mieux que le bel canto pour nous réchauffer par une froide soirée d’hiver ? Puccini, l’un des plus grands noms du répertoire lyrique italien, et La Bohème, son opéra créé en 1896, mettent en scène quatre artistes sans le sou, parmi lesquels un jeune poète, Rodolfo. Le soir de Noël, il rencontre Mimi et saisit pour la première fois sa gelida manina (petite main glacée).

Gabriel Fauré | L’hiver a cessé

Ce sont les vers de Paul Verlaine que choisit Gabriel Fauré pour son recueil La Bonne chanson, composé à la fin du XIXe siècle. Dernière des neuf mélodies mises en musique, L’hiver a cessé n’annonce pas tant le début d’une nouvelle saison, le printemps, que la rencontre avec un nouvel être aimé, la cantatrice Emma Bardac à qui Fauré dédie ces neuf mélodies.