La musique classique adoucit-elle les mœurs ?

La musique classique pour calmer les débordements ? A Glasgow, un Mc Donald situé Argyle Street prend la décision de diffuser du classique afin de dissiper les comportements violents.

Une succursale de Mc Donald située Argyle Street, à Glasgow prend la décision de diffuser de la musique classique dès le début de soirée pour calmer les débordements nocturnes trop fréquents, rapporte le tabloïd britannique The Miror.

« Sur les conseils de notre équipe de sécurité, la musique classique est utilisé par certains restaurants, car elle favorise le calme », déclarent les responsables de l’enseigne. Au programme de la playlist diffusée en soirée : Bach,Haendel ou encore Beethoven.

Il faut dire que la succursale est connue pour être le théâtre de nombreuses altercations entre clients. Très fréquentée et ouverte tardivement, la police est déjà intervenue à plus de 200 reprises en un peu plus d’un an. « Ces dernières années, dû à la forte affluence, la situation dégénérait de plus en plus fréquemment » rapporte un riverain.

Une décision qui, pour l’instant, semble satisfaire les clients. « C’est beaucoup mieux que les musiques que nous entendions auparavant»,témoigne un habitué du fast food. Il y a deux ans, la même démarche avait été mise en place à Stockport, situé au sud de Manchester, et s’était avérée efficace.

Si la musique classique est ici utilisée pour ses vertus apaisantes, dans d’autres pays elle est parfois employée à des fins plus disuasives, notamment auprès des plus jeunes.

Le classique, une arme anti-jeunes

En Belgique notamment, la mairie de Courtois s’est inspirée d’un dispositif mis en place en Grande-Bretagne, en Australie, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis.
Le principe est simple, afin que des bandes de jeunes ne passent plus leurs journées dans un parc du centre-ville, la municipalité fait le choix de diffuser de la musique classique dans des haut-parleurs, espérant faire fuir les bandes et faire disparaître par la même occasion détritus, graffitis et trafics de drogue.

En effet, il semblerait que les jeunes (12-24 ans) soient peu adeptes de musique classique. Un sondage de la Sacem réalisé en 2010 révèle que 45% d’entre eux plébiscitent le RnB, 42% la pop et le rock, 38% le rap et 28% les musiques électroniques et 26% la chanson française.

Une pratique également employée par la SCNF, dans certaines gares de RER et notamment sur la ligne J du Transilien en Ile de France. Un moyen « pour rétablir l’ordre » et « dissuader ces groupes de personnes qui utilisent les gares comme des lieux de squats »déclare la SNCF.

Ainsi on retrouvera la playlist des plus grands compositeurs, Chopin, Beethoven ou encore Vivaldi et Mozart en gare de Sartrouville, des Mureaux ou de Saint-Cloud.
« Figurez-vous que ça marche ! Soumettre ces personnes à des airs auxquels ils ne sont pas habitués a le mérite de les faire fuir " rapportait la SNCF.

Cette initiative de la SNCF n’est pas nouvelle. La ville de Montréal l'avait initié au milieu des années 90, et le métro de Londres depuis 2003. Dans des stations tests, les agressions verbales ou physiques avaient diminué de 33%, selon l’académie de Paris.

Sur le même thème