La Maîtrise sans Notre-Dame

Depuis l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019, sa Maîtrise a dû se réinventer, trouver de nouveaux lieux de répétitions et de concerts. Mais les difficultés budgétaires demeurent.

La Maîtrise sans Notre-Dame
Notre-Dame de Paris (mars 2015), © Getty / KONTROLAB / Coll. LightRocket

Pour la Maîtrise, Notre-Dame de Paris était une “seconde maison”.  Ses chanteurs participaient à plus de 1000 offices par an, et avaient l’habitude de donner un concert par semaine, le soir. Un moment  particulièrement apprécié du public, qui pouvait enfin goûter au calme et au recueillement, dans une cathédrale sans cesse en effervescence, avec 35 000 visites quotidiennes.

Mais à cause de l’incendie, la Maîtrise, qui regroupe 160 élèves de 6 à 30  ans, a dû se réinventer du jour au lendemain, et dans l’urgence. La liturgie a été transférée à l’église Saint-Germain  l’Auxerrois à Paris et, peu à peu, la Maîtrise a pu bénéficier de  nouveaux lieux pour des concerts hors les murs. Parmi eux, l’Institut de  France, la Maison de la Radio et des églises parisiennes comme Saint-Eustache, Saint-Séverin, Saint-Etienne-du-Mont, Saint-Sulpice.

S’adapter à de nouvelles acoustiques

Avant  l’incendie, hormis des répétitions dans ses locaux du boulevard Saint-Germain, la Maîtrise ne chantait qu’à Notre-Dame et avait développé un son propre à l’acoustique de l’édifice. En raison des changements de salles, elle doit à présent constamment s’adapter. “Tout le travail musical, technique, le travail du texte, du phrasé, étaient pensés selon l’acoustique très réverbérante de la cathédrale" explique Henri Chalet, chef et directeur musical de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris.

Pour les concerts hors les murs, il faut donc rechercher de nouvelles couleurs. “Par exemple, nous sommes parfois invités dans des lieux où il n’y a pas d’orgue. Cela nous amène à revoir notre répertoire et à aborder des musiques que nous n’avions plus l'habitude de faire." A l’Institut de France, où il n’y a qu’un piano, la Maîtrise aurait ainsi dû interpréter les Liebeslieder Walzer de Brahms fin mars, un concert annulé à cause du coronavirus."A long terme, chanter de nouveaux répertoires devrait être bénéfique car c’est un moyend’élargir notre public.”

Reconquérir le public

Mais les difficultés demeurent, la première étant de reconquérir un public d’habitués. “Pour eux il est compliqué de nous suivre car nous changeons de lieux et les concerts sont moins réguliers.”

Le  confinement porte un nouveau coup dur à la Maîtrise en raison des annulations et des reports de concerts. Par ailleurs, un disque devait paraître chez Warner le 10 avril, pour l’anniversaire de l’incendie. Si la sortie physique est reportée, il est cependant  disponible sur les plateformes de streaming. “Ce disque porte le souvenir d’une acoustique de la Cathédrale et révèle  toutes les facettes de la Maîtrise, tout le répertoire qui la définit.” Un  répertoire qui s’étend des premiers chants grégoriens à la création contemporaine, avec des oeuvres de Philippe Hersant et Yves Castagnet, organiste de la cathédrale et professeur à la Maîtrise. 

Des difficultés budgétaires persistantes 

Henri Chalet compte beaucoup sur la vente de ce disque, dont les bénéfices seront directement versés à la Maîtrise. Car depuis l’incendie, celle-ci doit faire face à des difficultés budgétaires. “Nous allons devoir tenir 4-5 ans sans la Cathédrale et sans le faste qui peut aller avec.” Le nombre de concerts a ainsi diminué, et l’équipe administrative et celle des professeurs ont dû être réduites. 

Face à ces licenciements, un collectif d'étudiants - actuels et anciens -, parents et musiciens de Notre-Dame, toutes générations confondues, s’est ainsi rassemblé en décembre dernier sous le nom Hauts-les-Choeurs. Un an après l’incendie, 50 musiciens de la Cathédrale, parmi lesquels Lucile Richardot et Eva Zaïcik, viennent d’ailleurs d’enregistrés Ruht wohl, extrait de la Passion selon saint Jean de Bach.

Face à toutes ces difficultés, Henri Chalet espère que la situation pourra s’améliorer “le plus rapidement possible”. En attendant, la Maîtrise a elle aussi rendu hommage à Notre-Dame à travers une vidéo.