"La Forêt aux violons" - Sélection du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2021

Sélectionné pour le Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2021, "La Forêt aux violons" de Cyril Gély est édité par Albin Michel.

"La Forêt aux violons" - Sélection du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2021
"La Forêt aux violons" de Cyril Gély (Albin Michel), dans la Sélection 2021 du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel
La Sélection 2021 du Prix du Livre France-Musique Claude Samuel
La Sélection 2021 du Prix du Livre France-Musique Claude Samuel

L'auteur

Cyril Gely est romancier, auteur de théâtre à succès, plusieurs fois nommé aux Molières : Signé Dumas (Francis Perrin/Thierry Frémont), Diplomatie (Niels Arestrup/André Dussollier), et scénariste, notamment de Chocolat (Omar Sy/James Thierrée). Il a reçu le Grand Prix du jeune théâtre de l’Académie Française, le Prix du Scénario au festival International de Shanghai et le César 2015 de la Meilleure adaptation pour Diplomatie, tourné par Volker Schlöndorff. 

Le livre

Antonio, jeune luthier de Crémone, entreprend cinq voyages dans la région des « Montagnes roses » d’Italie dans le but d’acheter du bois pour ses violons. Ces voyages nous content une histoire d’amour passionnelle et silencieuse, une quête impossible, un monde d’arabesques et d’ivoire. Car là-bas, au lever du soleil, une jeune fille va inspirer à Antonio le plus beau des violons. Un violon qui évoquerait la silhouette d’une femme, de toutes les femmes...
Dans l’Italie raffinée du XVIIe siècle, Cyril Gely déploie un roman d’amour singulier qui se lit comme un conte initiatique, aussi hypnotique et vibrant que le son des cordes d’un violon. 

  • Quelle est la place de cet ouvrage dans votre carrière ?

Indéniablement, il ne ressemble pas aux livres que j'ai pu écrire précédemment. Même si j'accompagne chacun de mes livres de musique au moment de l'écriture (pour la Forêt aux Violons le thème de la Liste de Schindler, de John Williams interprété par Itzhak Perlman), c'est la première fois que l'univers musical joue un rôle aussi important. J'ai voulu, du reste, je ne sais pas si j'y suis arrivé, écrire un roman comme s'il s'agissait d'une partition, d'essayer d'y donner un tempo, un mouvement, un rythme. C'est l'idée des cinq voyages qu'entreprend Antonio tout au long du livre, ils sont comme cinq refrains à l'intérieur d'une chanson. 

  • Qu'avez-vous cherché à montrer avec cet ouvrage ?

J'aime les blancs de l'histoire, ces moments où rien n'est certain, où même les historiens ne savent pas réellement ce qui s'est passé. D'Antonio Stradivari, par exemple, on connaît très mal les premières années de sa vie, ni comment il a pu acquérir une telle maîtrise de la lutherie. Il y avait là une formidable histoire à écrire, un personnage hors du commun à découvrir. Un homme, en tout cas, pour qui la quête du violon parfait se rapproche du dos des femmes. 

  • Quels sont vos prochains projets ?

Je travaille actuellement sur l'adaptation du Prix pour le théâtre (la rencontre explosive entre Lise Meitner et Otto Hahn, le jour de la remise du Nobel à ce dernier). Egalement sur deux projets de série, historiques l'un et l'autre. Et sur un film qui, je l'espère, devrait se tourner dans les prochains mois.