L’Orchestre philharmonique de Radio France en 10 dates

L’Orchestre philharmonique de Radio France fête ses 80 ans en 2017. De ses débuts avec Eugène Bigot, en passant par la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à aujourd’hui, découvrez les 10 dates qui ont façonné cet ensemble musical.

L’Orchestre philharmonique de Radio France en 10 dates
L'Orchestre philharmonique de Radio France aujourd'hui dans l'Auditorium de la Maison de la radio , © Radio France / Christophe Abramowitz

Après 8 décennies de concerts, de tournées et de changements de nom, l’Orchestre philharmonique de Radio France souffle ses bougies vendredi 15 septembre, toute la journée sur France Musique, et le soir à l’Auditorium de la Maison de la radio avec un concert dirigé par Mikko Franck, directeur artistique du Philhar.

L’orchestre a traversé les bouleversements du XXe siècle, une guerre mondiale, et s’est construit une identité propre aujourd’hui dans le paysage musical français. Retour en 10 dates sur les grands événements qui ont forgé l’Orchestre philharmonique de Radio France.

1937 : Naissance d’un orchestre

Trois ans après la création de l’Orchestre National, ensemble musical permanent à la radiodiffusion nationale, le ministre Robert Jardillier annonce la création de quatre orchestres permanents : un symphonique, un lyrique et deux autres pour assurer les déjeuners concerts et concerts de l’après-midi à la radio. Parmi eux, l’Orchestre A, futur Orchestre philharmonique de Radio France, se lance avec l'ambition de participer aux émissions et programmes diffusés dans les studios parisiens.

1947 : Eugène Bigot, premier chef permanent

L’orchestre A, devenu alors Orchestre symphonique de Paris, se dote d’un chef d’orchestre permanent, Eugène Bigot. De cette collaboration naissent des concerts d’exception comme en 1948 avec le concerto pour violon et orchestre de Roman Palester dirigé par Nadia Boulanger ou un an plus tard la première française de Friedenstag de Richard Strauss.

1959 : Un nouveau nom

Après une installation au Théâtre des Champs Elysées en 1954, l’orchestre change de nouveau de nom. Le mot philharmonique apparaît pour la première fois cette année dans les longues négociations autour de cette nouvelle appellation. Désormais, l’ensemble musical, qui compte environ 80 musiciens, s’intitule : Orchestre philharmonique de la radiodiffusion télévision française.

1965 : Décès d’Eugène Biot

La mort du chef d’orchestre Eugène Biot en 1965 propulse Charles Bruck à la direction de l’orchestre. L’ensemble musical perd une de ses figures. Eugène Biot donne son dernier concert en 1964, 37 ans après ses débuts de collaboration avec les orchestres de la radio. Cette même année, un autre chef historique disparaît : Désiré-Émile Inghelbrecht.

1975 : Un orchestre à géométrie variable

Après l’éclatement de l’ORTF, les missions de l’Orchestre philharmonique s’affine. Désormais, l’ensemble sera à « géométrie variable ». Une première dans le pays. Le but est de rapprocher l’Orchestre philharmonique de l’orchestre lyrique et de l’orchestre de chambre pour balayer tous les répertoires et permettre une certaine flexibilité des musiciens.

1976 : Encore un nouveau nom

Le nouveau fonctionnement de l’orchestre porte ses fruits et un nouveau nom est donné pour souligner la nouveauté de ce phénomène de géométrie variable. Le Nouvel Orchestre philharmonique est pris en main par Gilbert Amy, alors conseiller musical auprès de Jacques Sallebert, directeur général de la radio. Sous sa direction, l’orchestre peut assurer quatre grands cycles de musique : symphonique, sacrée, baroque/classique et musique du XXe siècle.

1987 : Premières Prom’s

L’orchestre s’internationalise et va jouer pour la première fois au célèbre festival londonien : les Prom’s sous la direction de Marek Janowski, premier chef de l’ensemble depuis 4 ans. Le Nouvel orchestre philharmonique comprend à cette période de l’histoire 138 musiciens pour permettre à l’orchestre de se diviser en 2 ou 3 formations selon les besoins de la programmation.

1989 : Nouveau et dernier nom

En 1989, un nouveau nom est donné à l’orchestre (il en a eu huit au total) : l’Orchestre philharmonique de Radio France est né. L’aspect nouveau de la géométrie variable ne l’est plus, on décide donc d’enlever ce terme de l’appellation pour trouver un nom plus générique. Cette même année, le Philhar retourne aux Prom’s pour interpréter les Métaboles de Dutilleux et Marek Janowski, reconduit, devient directeur musical.

2000 : Le Philhar ambassadeur de l’Unicef

Après 10 ans à la direction de l’orchestre, le chef Janowski donne son dernier concert en janvier 2000 avec la 8e symphonie de Bruckner et laisse la place à Myung-Whun Chung. Sous sa direction, le Philhar devient ambassadeur de l’Unicef en 2007.

2003 : Premier concert de Mikko Franck

En 2003, Mikko Franck dirige pour la première fois l’Orchestre philharmonique de Radio France, quelques années avant d’en devenir le directeur musical. En septembre 2015, il prend ses fonctions à la têtes du Philhar et va diriger pour fêter les 80 ans de l’orchestre, Le Sacre du printemps de Stravinsky.