L'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne embauche trois musiciennes

Du nouveau dans le pupitre des seconds violons de l'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne. Trois musiciennes viennent d'être titularisées : Adela Frasineanu (cheffe d'attaque), Julia Gyenge et Liya Yakupova (violonistes de rang).

L'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne embauche trois musiciennes
Franz Welser-Most à la direction de l'orchestre philharmonique de Vienne en 2013 au Carnegie Hall (New York), © Getty / Hiroyuki Ito

La nouvelle n'est pas si exceptionnelle en soi, sauf en regard du caractère relativement récent de l'ouverture du Philharmonique de Vienne et de l'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne aux musiciennes. L'information a été donnée lors d'une conférence de l'orchestre : trois jeunes musiciennes viennent d'être titularisées, toutes trois dans le pupitre des seconds violons : Adela Frasineanu (cheffe d'attaque) et Julia Gyenge et Liya Yakupova (violonistes de rang). L'orchestre avait fait l'annonce en septembre 2018 de la nomination de Yakupova et de Gyenge dans le pupitre des seconds violons, en précisant que la période d'essai serait d'une durée de trois ans. L'Orchestre Philharmonique de Vienne a indiqué à France Musique qu'il s'agit bien de l'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne : ce n'est qu'après une période de trois ans que les membres de cet orchestre deviennent membres titulaires de l'Orchestre Philharmonique de Vienne.

Liya Yakupova a étudié au Conservatoire Tchaïkovski, à la Royal Academy of Music et à l'Université de Cologne avant de rejoindre les premiers violons de l'Orchestre Symphonique de la Radio de Cologne (WDR Sinfonieorchester Köln) de 2016 à 2018. Julia Gyenge a étudié au Conservatoire Béla Bartók de Budapest et à l'Université de Vienne. Elle a joué avec l'Orchestre Symphonique de Vienne et l'Orchestre Philharmonique de Vienne. Elle a été également membre de l'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne depuis 2015. Adela Frasineanu est à l'Orchestre de l'Opéra d'Etat de Vienne depuis 2014 et déjà membre de l'Orchestre Philharmonique de Vienne depuis 2017 (en tant que tuttiste).

Une ouverture récente

Si aux Etats-Unis le nombre de musiciens et de musiciennes au sein des orchestres est de nos jours à peu près équivalent (enquête par l'Université de Salisbury), l'Europe reste encore relativement mauvaise élève dans ce domaine. L'Orchestre Philharmonique de Vienne a levé son interdiction de titulariser les femmes dans son orchestre en 1996-1997 lorsque le gouvernement autrichien menace l'orchestre de coupes budgétaires. L'orchestre avait alors autorisé les femmes à se présenter aux auditions de titularisation, sans pour autant en retenir. 

La première femme à bénéficier de cette opportunité était la harpiste Anna Lelkes en 1997. En raison d'un manque d'hommes au poste de harpiste, elle y jouait régulièrement depuis 1970 lorsqu'elle avait été invitée à auditionner. Son nom ne figurait pas dans les programmes et elle n'était pas montrée à la télévision : les opérateurs des caméras recevaient la consigne de se concentrer uniquement sur les hommes (seules ses mains faisaient de brèves apparitions à l'écran). Un porte-parole du Philharmonique avait justifié cela en mettant en avant les problèmes techniques des angles de caméra : « vous devez être technicien pour comprendre » dit-il dans un article dans The Guardian le 10 janvier 2003. Anna Lelkes avait d'ailleurs signalé que le chef d'orchestre autrichien Hans Swarowsky aurait même remarqué que « sa place était dans la cuisine. »

Mais le cas d'Anna Lelkes est longtemps resté une exception dû à la situation particulière des harpistes. Il faut attendre 2003 pour que la situation connaisse un semblant d'évolution, lorsque l'orchestre titularise sa première musicienne non-harpiste. Dans le pupitre d'un instrument qui pourtant ne manque pas d'hommes, l'altiste Ursula Plaichinger avait fait sensation en étant présente sur scène pour le traditionnel concert du Nouvel An. Elle était devenue en 2001 la première femme non-harpiste à remporter l'audition pour l'Opéra d'Etat de Vienne, pour ensuite, comme l'indiquent les statuts, rejoindre les rangs du Philharmonique au bout de trois ans. Elle laissera de côté temporairement cette position pour se consacrer à la musique de chambre. Aujourd'hui, quasiment tous les pupitres de cordes du Philharmonique de Vienne comportent des musiciennes, en plus de deux harpistes, d'une flûtiste et d'une bassoniste chez les vents. Malgré ces recrutements, l'orchestre compte toujours seulement une quinzaine de musiciennes sur environ 135 musiciens.