Jean-Philippe Rameau : Pièces de clavecin, deuxième partie

Mis à jour le samedi 09 avril 2016 à 08h14

A l'occasion du 250e anniversaire de la mort (en 2014) de Jean - Philippe Rameau, le claveciniste Jean Rondeau nous ouvre la porte de l'univers de sa musique pour clavecin, parmi les plus élaborées de l'école française, en vidéo .

Jean -Philippe Rameau est un des piliers de la musique française. A l'occasion du 250e anniversaire de sa mort (en 2014), le Baccalauréat Musique se penche sur la musique pour clavecin d'un compositeur, pédagogue et théoricien qui a mûri avec le baroque et a vu éclore la nouvelle sensibilité du classicisme naissant. Dans le cadre de l'Option facultative seront étudiées des pièces de la Suite en sol, de la Suite en mi et de la Suite en la.

Eléments d'analyse

L' oeuvre dans son contexte

Avant de se consacrer à l'opéra, Jean-Philippe Rameau consacre ses deux séjours à Paris au clavecin. Théoricien et pédagogue, il fait de son instrument un terrain d'expérimentation : audaces harmoniques (octaves parallèles, imitation des sons de la nature) et innovations techniques (passage du pouce, mains croisées) résultent d'une expressivité nouvelle portée aux sommets dans ses pièces. Jean-François Rameau laisse une œuvre pour clavecin parmi les plus fines et élaborées de l'école française, même si elle est moins abondante que celle de l'autre grand maître de la musique française pour clavecin, François Couperin.

Source : gallica.bnf.fr
Source : gallica.bnf.fr

Deuxième livre de pièces de clavecin (1724)

En tête de la première édition, Rameau-pédagogue a placé une courte méthode intitulée De la mécanique des doigts sur le clavessin, avec des conseils d'interprétation à l'interprète, encore valables aujourd'hui. Classées par tonalités, les pièces qui composent ce deuxième recueil ne s'apparentent plus à la suite de danses dans sa forme standardisée : aux danses se rajoutent les pièces au titre descriptif, pour la plupart en forme de rondeau.

Le Rappel des oiseaux ( Suite en mi )

Pièce binaire, à reprise, dont l'originalité se base sur une écriture à deux voix syncopées, à décalage qui évoquent les bruits des oiseaux. Il s'agit de la première pièce de genre de Rameau, qui multiplie les audaces harmoniques et des modulations audacieuses.

Le Rappel des Oiseaux (suivi de partition avec éléments d'analyse, Deuxième livre de pièces de clavecin (1724), Christophe Rousset

Troisième recueil : Nouvelles Suites de pièces de clavecin (1728)

Publiées à Paris vers 1728, les Nouvelles Suites étaient accompagnées d'une préface : Remarques sur les pièces de ce livre, et sur les différents genres de musique, qui donne de précieux conseils sur la manière de les interpréter. Ce recueil est certainement un des plus aboutis de Rameau, et il est souvent comparé aux contemporaines Partitas pour clavecin de Bach.

Il contient sept pièces en en la et neuf en sol, certaines portent encore des appellations de danses d'une suite, mais s'en éloignent dans le traitement et la forme, d'autres sont des pièces de genre, descriptives ou imitatives.

Suite en sol :

La Poule : sol mineur, à trois temps : pièce qui illustre parfaitement le caractère visionnaire du recueil, parce que Rameau y laisse quelques indications de nuances - "fort" et "doux"- et qui renvoient plus aux possibilités expressive du piano. Il s'agit d'une pièce descriptive qui développe le motif obsessionnel dans un cheminement harmonique exceptionnel, avec les modulations les plus hardies :

► Quelles sont les questions que se pose l'interprète en abordant La Poule ? Ecoutez le claveciniste Jean Rondeau dans l'émission On ne peut pas tout savoir.

Les Sauvages ( sol mineur, à deux temps) : de ce rondeau, Rameau a fait un grand chœur des Indes galantes. Il s'agit d'une danse descriptive qui, selon le compositeur, devait reproduire "la danse de deux Indiennes de Louisiane" qui se produisirent au Théâtre de la Foire en 1725.

Suite en la :

Gavotte et six doubles ( la mineur à deux temps)
Les doubles sont les variations du thème de la gavotte, qui évoque le luth et apparaît très ornementé dans sa première exposition. Dans les variations, il reviendra dépouillé des ornements, mais retravaillé par les procédés harmoniques, polyphoniques et rythmiques différents.

Sur le même thème