Jamais seul avec... Claire-Marie Le Guay

Même confinés, nous ne serons jamais seuls grâce à la musique et aux musiciens. Claire-Marie Le Guay, pianiste et auteur de « La vie est plus belle en musique », partage avec nous un moment musical.

Jamais seul avec... Claire-Marie Le Guay
Claire-Marie Le Guay, pianiste , © Getty / Eric Fougere - Corbis

Pourquoi avoir choisi de jouer cette pièce pour les auditeurs de France Musique ?

J’ai choisi la Consolation n°1 de Franz Liszt car, même si chacun est confronté, pendant cette période, à des réalités très différentes, je pense que nous avons tous besoin de consolation.  Nous pouvons puiser une lumière intime dans cette pièce que Liszt aimait particulièrement et jouait souvent en concert. Et c’est bien une relation intime que je partage avec le piano sur lequel a été enregistrée cette vidéo, car il fut mon tout premier piano à queue.

Comment vivez-vous ce confinement ? Comment se déroulent vos journées ? 

Plutôt que de vous raconter mes journées, j’aimerais partager avec vous ce passage du Petit Prince de Saint Exupéry, à l’heure où, pour certains, le temps est suspendu, pour d’autres il est accéléré. Et, pour tous, il nous donne matière à réflexion :

CHAPITRE XXIII

- Bonjour, dit le petit prince.

- Bonjour, dit le marchand.

C'était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l'on n'éprouve plus le besoin de boire.

- Pourquoi vends-tu ça ? dit le petit prince.

- C'est une grosse économie de temps, dit le marchand. Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.

- Et que fait-on des cinquante-trois minutes ?

- On en fait ce que l'on veut...

"Moi, se dit le petit prince, si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine..."

Un conseil de disque à écouter, de livre à lire, et de film à voir en ces temps ? 

Un  enregistrement : « Transatlantic » avec le Cincinnati Symphony Orchestra dirigé par Louis Langrée dans Varèse, Gershwin et Stravinsky.  C’est un magnifique enregistrement dans lequel on peut notamment écouter une oeuvre fascinante de par sa puissance, ses contrastes, son effectif (150 musiciens !) : Amériques de Varèse (dans la version de 1922). Le programme du disque est construit comme un pont entre deux continents, le continent américain, et le continent européen. C’est un symbole fort auquel je suis particulièrement sensible, alors que le monde est dans la tourmente. Et à titre personnel, c’est aussi le témoignage de l’importance des liens artistiques, comme ceux partagés avec Louis Langrée. Ils sont essentiels et donnent de la force dans cette période pleine d’interrogations. 

Un livre ?  « Pensées intempestives » de Franz LISZT dont voici un extrait :« Il ne faut jamais se laisser entraîner par le courant. L’âme de l’artiste doit être comme le roc solitaire, entouré, souvent submergé par les flots, mais tout de même immuable. »

Retrouvez toutes les vidéos « Jamais seul avec... » sur francemusique.fr