Incendie à la Cathédrale de Nantes : l'orgue entièrement détruit

L'incendie est à présent circonscrit, mais les nouvelles sont graves pour le grand orgue de la cathédrale : parmi les premières hypothèses émises, le feu serait parti de l'orgue, qui semble être entièrement détruit.

Incendie à la Cathédrale de Nantes : l'orgue entièrement détruit
Incendie à la Cathédrale de Nantes : l'orgue entièrement détruit, © AFP

Un incendie s'est déclaré samedi 18 juillet au matin à l'intérieur de la cathédrale de Nantes, ont indiqué à l'AFP les pompiers de Loire-Atlantique. "Le feu n'est pas maitrisé, il est en cours d'attaque. C'est un feu important", a indiqué le Codis à l'AFP, précisant que les pompiers avaient été alertés à 7H44 et que 60 pompiers avaient été dépêchés sur les lieux. "On lutte notamment avec l'aide de deux lances sur le feu", a-t-il ajouté. 

L'incendie qui a touché samedi matin la cathédrale gothique de Nantes est désormais "circonscrit", ont indiqué les pompiers vers 10H00, précisant que les dégâts étaient "concentrés sur le grand orgue"."Les dégâts sont concentrés sur le grand orgue qui semble être entièrement détruit. La plateforme sur laquelle il se situe est très instable et menace de s'effondrer", a déclaré le directeur départemental des pompiers, le général Laurent Ferlay lors d'un point presse devant la cathédrale qui avait été ravagée par les flammes en 1972 et rouverte en 1985 après travaux. Une centaine de pompiers étaient présents sur les lieux.

Ce n'est pas la première fois que cette cathédrale au cœur de Nantes est touchée par un incendie. Le 28 janvier 1972, le toit de la cathédrale gothique Saint-Pierre-et-Saint-Paul, construite entre le XVe et le XIXe siècle, avait été ravagé par les flammes. Le sinistre s'était déclaré suite à des travaux effectués par un couvreur. 

La cathédrale de Nantes n'avait pu être rendue au culte qu'en mai 1985, après plus de 13 ans de travaux.

En 2015, toujours à Nantes, un autre édifice catholique avait été touché par un incendie spectaculaire qui avait détruit les trois quarts du toit de la basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien, un édifice religieux du XIXe siècle.