Herbert von Karajan, le diplôme de la discorde

Un journal autrichien rappelle cette histoire, celle du doctorat honorifique décerné à Herbert von Karajan par l'université de Salzbourg. Le maître avait-il tous les éléments requis pour se voir ainsi honoré ? Pas tout à fait, selon l'historien Alexander Pinwinkler

Herbert von Karajan, le diplôme de la discorde
Herbert von Karajan en 1978, © Getty / Ernst Haas

Excellent chef d'orchestre, mais mauvais élève. En tous cas, un parcours universitaire trop faible pour mériter un doctorat honorifique. Pourtant en 1978, à l'occasion de son 70e anniversaire, Herbert von Karajan se voit couronné d'un tel diplôme en philosophie par l'université de Salzbourg, rappelle le journal autrichien Der Standard. Une distinction qui ne plaît pas à tout le monde. Selon l'historien Alexander Pinwinkler, qui a eu accès aux archives de l'université, cette remise de diplôme a suscité des tensions au sein du vénérable établissement. 

C'est Josef Kaut, directeur du festival de Salzbourg à l'époque, qui aurait demandé à ce qui Herbert von Karajan se voit remettre ce doctorat honorifique. Était-ce un vœu du chef ? Rien ne permet de l'affirmer. Peut-être une décision unilatérale du directeur, qui souhaitait que le nom de Karajan soit encore davantage associé à la ville autrichienne. Cette demande s'est heurtée au refus des représentants des étudiants, mécontents de voir quelqu'un distingué sans avoir fourni le même travail qu'eux.

Devant l'impasse, le conseil d'administration a donc organisé un « vote spécial », selon les mots d'Alexander Pinwinkler. Les « pour » l'ont emporté, avec 30 voix contre 10, et Herbert von Karajan a décroché son doctorat honorifique malgré un manque évident « de travaux scientifiques », souligne l'historien.