En Russie, une ville annule le déplacement d'une statue de Tchaïkovsky

La ville de Kline, où le compositeur Tchaïkovsky a vécu et travaillé, souhaitait reléguer sa statue en périphérie de la ville et la remplacer par une autre, baptisée Le bouclier de bronze. Mais devant le tollé, la municipalité a fait marche arrière.

En Russie, une ville annule le déplacement d'une statue de Tchaïkovsky
Tchaïkovsly dans les dernières années de sa vie, © Getty / Bettmann / Contributeur

Piotr Illitch Tchaïkovsky reste sur son socle. Sa statue avait été installée en 1995, à l'occasion du 155e anniversaire de sa naissance. Le nom du compositeur et celui de Kline, ville située à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Moscou, ont toujours été étroitement liés. Il y a longtemps vécu, y a travaillé à l'écriture du ballet La belle au bois dormant et à sa 6e symphonie. La maison où il vivait est même ouverte au public. Mais pour célébrer les 700 ans de la fondation de la ville, Kline comptait remplacer Tchaïkovsky par une autre sculpture baptisée Le bouclier de bronze, censée représenter «tous les citoyens de Kline et plus seulement un seul d'entre eux ». Celle à l'effigie du compositeur devait être reléguée en périphérie de la ville. Cette décision a engendré de vives oppositions sur Internet. Plus de 3 000 personnes ont signé une pétition en ligne, forçant les autorités de Kline à revenir sur leur décision.

Tchaïkovsky : « l'image habituelle de Kline »

Tchaïkovsky est « l'image habituelle de Kline et il n'y a pas besoin d'en changer », ont estimé les instigateurs de la pétition. Vladimir Fedosseïev, directeur musical de l'orchestre de la radio de Moscou, baptisé du nom de Tchaïkovsky, avait aussi pris la parole après l'annonce. Pour lui, ce déplacement aurait été «une tragédie pour la ville ». Le journal Rossiyskaya Gazeta, qui a révélé l'affaire, a félicité les lecteurs qui se sont mobilisés en faveur du monument. Il a même publié ces mots sur son site : « le bon sens a triomphé, la statue reste à sa place ».