États-Unis : des musiciens s'estiment discriminés à cause de leur âge

Deux ex-musiciens du Southwest Michigan Symphony Orchestra affirment qu'ils ont été poussés vers la sortie en raison de leur âge. La directrice de la formation aurait employé des lettres d'avertissement pour faire pression sur eux. Cette dernière dément.

États-Unis : des musiciens s'estiment discriminés à cause de leur âge
Le Southwest Michigan Symphony Orchestra en juillet 2018, © Compte Facebook du Southwest Michigan Symphony Orchestra

Après 40 ans de service, la violoncelliste Susan Dietrich-Reed et son mari le trompettiste Steven Reed ont quitté le Southwest Michigan Symphony Orchestra à la fin de la saison. La décision des époux a été motivée par des lettres d'avertissement, reçues par six membres de l'orchestre, dont eux-mêmes. Cinq des six destinataires sont âgés de 65 ans ou plus. Pour les démissionnaires, c'est une chasse aux seniors déguisée. «Mon impression, c'est qu'il s'agit d'une forme de discrimination », souligne Steven Reed, dans une interview à un média local. La lettre qu'il a reçue pointe des manques de sa part, notamment un problème d'intégration au sein de sa section. 

L'envoi d'une lettre d'avertissement est normalement suivi d'une procédure d'évaluation pour mettre les problèmes sur la table. L'entretien est suivi d'une période probatoire puis d'une deuxième lettre censée en faire le bilan. Steven Reed a refusé cette procédure et préféré quitter l'orchestre. La directrice de la formation, Sue Kellogg, a nié toute discrimination : «Nous estimons, respectons et apprécions tous nos musiciens, de tous les âges », a-t-elle expliqué. Un autre musicien a démissionné, les trois autres destinataires ayant accepté la procédure d'évaluation. Steven Reed estime que l'orchestre lui fait également payer son implication syndicale, car c'est lui, ainsi que sa femme, qui avaient pour rôle de rapporter les plaintes des musiciens à la hiérarchie.

Les deux époux se sont rapprochés de leur syndicat, la Fédération américaine des musiciens, et ont consulté un avocat spécialisé dans les cas de discrimination. Mais ils ne pensent pas aller plus loin dans le recours en justice pour l'instant.