Découvrir Liszt en 5 morceaux

Petit guide musical à l'usage de ceux qui souhaiteraient découvrir l'oeuvre du compositeur Franz Liszt.

Découvrir Liszt en 5 morceaux
Franz Liszt , © AFP / ARCHIVES-ZEPHYR

Né le 22 octobre 1811 en Hongrie et mort le 31 juillet 1886 à Bayreuth, Franz Liszt est l’un des plus célèbres compositeurs et pianistes du XIXe siècle.

Ami de Berlioz, Chopin,Schumann, Borodine et Wagner, il fait partie des chefs de file du courant romantique, laissant derrière lui une oeuvre prolifique et variée. Petite introduction à l’univers lisztien en 5 morceaux !

La Campanella

S’il y a bien une oeuvre de Liszt que vous avez déjà entendue, c’est celle-ci…

Mais pourquoi cette ‘petite’ pièce pour piano est-elle si célèbre ? Malgré l’apparente simplicité de son thème, la Campanella (clochette, en italien) est d’une grande difficulté d’exécution.

Il faut le voir pour le croire : les doigts bougent si vite que l’oeil ne les suit plus, les mains bondissent d’un extrême à l’autre du clavier avant de se déployer, telles des tentacules, dans le final.

Il s’agit là d’une version simplifiée de La Grande Fantaisie de bravoure sur “La Clochette” de Paganini, composée en 1832, que Liszt compose sous le choc de sa découverte de Paganini. Après avoir vu et entendu ce violoniste italien surdoué, Liszt n'a plus qu’une seule ambition : repousser les limites de la technique pianistique et devenir LE virtuose du piano.

Totentanz (ou Danse macabre)

Franz Liszt est donc pianiste, mais il fait aussi ses armes en tant que chef d’orchestre. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’il cherche à associer son instrument fétiche avec la plus spectaculaire des formations musicales : l’orchestre symphonique.

Naissent de cette union sept grandes œuvres pour piano et orchestre, dont une particulièrement remarquable : Totentanz, inspirée par la la contemplation d’une fresque de Francesco Traini, Le Triomphe de la mort.

O lieb, so lang du lieben kannst

Liszt est principalement réputé pour sa musique instrumentale, et moins pour ses œuvres vocales. Pourtant il a composé tout un catalogue lyrique, notamment 81 lieder (poèmes chantés) sur des textes de Victor Hugo ou Goethe, entre autres.

La vie de notre compositeur, elle-aussi, est pleine de romance… Ses trois grandes histoires d’amour (deux Caroline et une Marie) influencent considérablement le cours de sa vie. Mais les passions du cœur sont moins représentées dans son oeuvre que celles de l’âme, malgré quelques exceptions telles que ce magnifique lied : O lieb, so lang du lieben kannst (“Aime, aussi longtemps que possible”).

Les Jeux d’eau à la Villa d’Este

Les Années de pèlerinage de Liszt reflètent les nombreuses pérégrinations du compositeur à travers l’Europe. Deux premiers recueils sont consacrés à la Suisse et l’Italie, pays qu’il découvre au côté de sa compagne Marie d’Agoult, dans les années 1830. Quant au troisième livre, composé après 1867, il contient l’une de ses plus fameuses pièces pour piano : les Jeux d’eau à la Villa d’Este.

Cinquième Symphonie de Beethoven

On ne saurait aborder Liszt sans mentionner ses transcriptions pour piano. Fervent défenseur de la “musique de l’avenir”, il n’en est pas moins inspiré et admiratif de ceux qui l’ont précédé. Beethoven, notamment.

Liszt retranscrit au piano les œuvres qu’il estime et qui l’inspirent, pour les interpréter ensuite pendant ses concerts. Il a ainsi écrit près de 300 arrangements, ce qui représente la moitié de son oeuvre totale. Certains d’entre eux sont libres, fantaisistes, quand d’autres sont parfaitement fidèles aux partitions d’origine, retranscrivant jusqu’à la moindre petite nuance de l’oeuvre originale.