Daniel Barenboim : « Aujourd'hui, j'ai honte d'être Israélien »

Le chef d'orchestre s'est insurgé contre le vote d'une loi définissant Israël comme un État-nation juif. Dans le journal Haaretz, il estime que « c'est clairement une forme d'apartheid ».

Daniel Barenboim : « Aujourd'hui, j'ai honte d'être Israélien »
Daniel Barenboim dirigeant le West-Eastern Divan Orchestra, © Getty / Jakubaszek / Contributeur

Daniel Barenboim adresse une critique violente contre Israël. Dans un édito pour le journal Haaretz, il affirme qu'il a « honte d'être Israélien ». Le chef d'orchestre s'insurge contre la loi définissant « Israël comme l'État-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l'autodétermination ». Le texte a été voté à la Knesset, le parlement israélien, le 19 juillet. Il retire également le statut de langue officielle à l'arabe, pour ne laisser que l'hébreu, faisant des Arabes des citoyens « de seconde zone »

Pour Daniel Barenboim, « c'est clairement une forme d'apartheid ». Le chef d'orchestre s'est engagé plusieurs fois pour l'apaisement des tensions au Proche-Orient par le biais de la musique, notamment en créant, avec Edward Saïd, un orchestre réunissant de jeunes musiciens arabes et juifs, le West-Eastern Divan Orchestra.

Daniel Barenboim, musicien cosmopolite

Détenteur de passeports argentin, espagnol, israélien et palestinien, le chef d'orchestre, né à Buenos Aires, se désole que « le principe d'égalité et de valeurs universelles soit remplacé par le nationalisme et le racisme». Il rappelle qu'en 2004, il avait prononcé un discours à la Knesset, décrivant la déclaration d'indépendance comme « une source d'inspiration permettant de croire en des idéaux ». Quatorze ans plus tard, Daniel Barenboim pose cette question dans son édito : « l'indépendance de l'un a-t-elle un sens si elle se fait au détriment des droits fondamentaux de l'autre ? »