Couvre-feu : Le point sur les nouveaux horaires des salles de spectacle

Face au couvre-feu mis en place dans plusieurs villes de France, les salles de concert s'adaptent.

Couvre-feu : Le point sur les nouveaux horaires des salles de spectacle
Philharmonie de Paris, © Getty / Frédéric Soltan/Corbis News

Depuis l’annonce d’un couvre-feu entre 21h et 6h du matin en Ile-de-France et dans huit métropoles pour au moins 4 semaines, le monde du spectacle tente de s'adapter. D'autant plus que, malgré les propositions de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, le Premier ministre Jean Castex a écarté toute idée d'assouplissement du couvre-feu pour la culture. 

La plupart des salles de concert ont donc décidé d'avancer leurs horaires. Dans un communiqué de presse, Laurent Bayle, directeur de la Philharmonie de Paris a déclaré que "le maintien d’une vie musicale" était "indispensable en ces temps difficiles aussi bien pour le public que pour les artistes". Les horaires des représentations en semaine vont donc être avancés à 18h30 et certains concerts reportés pendant la journée le week-end. Même chose pour Radio France qui décale la plupart de ses concerts à 18h30, au moins jusqu'à fin octobre. 

L'Opéra national de Paris n'a pas encore annoncé quelles décisions seraient prises mais son directeur, Alexander Neef, a assuré dans un communiqué publié sur le site de l'Opéra sa détermination pour "maintenir une offre répondant aux attentes [du] public". Le "dispositif mis en place" devrait bientôt être communiqué au public. 

En province, l'Opéra de Lille a également fait le choix d'avancer les horaires des spectacles, à 18h, pour les mois d'octobre et novembre. Par ailleurs, le Ballet royal de la nuit prévu les 18 et 19 novembre sera donné dans une version réduite à 2h au lieu des 3h40 prévues, afin de respecter le couvre-feu de 21h.

Au Capitole de Toulouse, la représentation de Pénélope du 23 octobre est avancée à 18h, ainsi que celles de Toulouse-Lautrec, prévues les 4, 5,6 et 7 novembre. Pour l'instant, les horaires des autres représentations demeurent inchangées.